Ismaël  Condé, le vice-maire de la commune de Matam, nouvellement venu au parti Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a été placé en garde à vue le vendredi 10 juillet. On lui reproche des faits qualifiés d’abus de confiance selon son avocat. Me Alseyni Aissata BARRY dit ignorer où son client a été transféré après sa détention brève au Commissariat central de Matoto

« Le matin, dans la journée d’hier, des pick up de police étaient autour de son domicile. Et quand on m’a informé, je suis allé prendre contact avec le procureur du TPI de Mafanco. Il a demandé aux policiers de replier. Et moi je suis allé prendre mon client. Je l’ai présenté au commissariat central de Matoto où on a fait son interrogatoire à l’issue duquel ils ont pris une mesure de garde à vue contre lui » a dit son avocat

Il est revenu sur les faits articulés contre Ismaël Condé. « On lui reproche des faits d’abus de confiance  portant sur un contrat qui lie la commune de Matam à une PME chargée des collectes d’ordures. Le contrat dont il n’est ni signataire, ni cosignataire, ni exécutant ni associé. C’est pour vous dire que c’est un faux prétexte. Naturellement, celui qui veut abattre son chien l’accuse de rase ».

Après son inculpation, Ismaël  Condé a été embarqué dans un pick up pour une destination inconnue selon Me Alseyni Aissata BARRY. Il promet de se battre pour que les droits de son client soient respectés. On m’a informé de la mesure de garde à vue prise contre lui mais on ne m’a pas dit où on allait le garder, c’est là le problème. Est-ce que c’est à Conakry, c’est à Coyah, c’est à Kindia ou c’est dans un camp militaire, je ne sais pas ». On l’a fait sortir pour l’embarquer dans un pick up pour une destination inconnue. Je compte me lever naturellement pour passer par tous les moyens de droit pour que ses droits soient respectés » promet cet avocat.

Dans un post publié sur les réseaux sociaux, Cellou Dalein DIALLO, affirme que l’interpellation de Ismaël CONDE n’est que la sanction de son adhésion à l’UFDG et une illustration de plus, de l’instrumentalisation éhontée de la justice guinéenne par Alpha CONDE.

Par Mamady Cherif pour couleurguinee