A Kamsar, cinq jours après les manifestations contre les délestages, les robinets sont devenus secs. Les conduits qui drainent l’eau et le circuit électrique qui facilite l’opération ont été endommagés selon les habitants de cette cité.

Ce samedi, impossible d’avoir l’eau potable dans la ville. Pour ne pas mourir de soif, les habitants se sont tournés vers les eaux minérales vendues dans les boutiques.

« Ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir de l’eau minérale ont le choix entre s’abstenir de boire ou bien boire une eau impropre à la consommation » nous a dit au téléphone un habitant.

Un jeune élève nous a dit que cette situation inédite est très difficile pour eux en plein mois de ramadan car désormais ce sont des citernes qui sont chargées de distribuer l’eau au ménage. Et quelle eau ?

« Cela fait 4 jours qu’on a plus d’eau, c’est ma première fois de voir une chose pareille dans la cité. On distribue de l’eau en très petite quantité » se plaint ce citoyen.

Les autorités en charge de la desserte en eau ont annoncé que les dégâts causés sur les installations sont énormes et qu’il faut du temps pour remettre tout en ordre.

Même les rails ont été endommagés et pendant trois jours, les wagons qui acheminent la bauxite étaient arrêtés

Par Ramatoulaye Sy Savané pour couleurguinee