Le corps d’un jeune homme sans vie a été repêché dans un état de putréfaction, ce mercredi 6 mai 2020, sur la berge du fleuve Milo. La scène s’est produite au quartier Dalako, l’un des quartiers périphériques de la commune urbaine de Kankan, à quelques mètres du principal abattoir de la ville.

C’est le lundi, 4 mai que Souleymane Cissé, en compagnie de ses frères est parti laver la moto d’une de ses sœurs et profiter faire le linge, au fleuve Milo de Kankan, côté quartier Dalako. Selon Abou Cissé, son oncle paternel, il se serait noyé « le lundi, lui et deux de ses frères ont quitté la maison pour aller au fleuve. Ses deux frères se sont vite lavés et ont quitté. Il est resté seul maintenant avec la moto de sa sœur. Soudain, son frère aîné est venu le trouver entrain de se baigner, il lui a dit de sortir de l’eau. Il est sorti et il est allé s’asseoir sur la moto. 30 minutes après, son frère ne l’a plus vu, il l’a cherché partout. Après la rupture du jeûne, on l’a appelé, il nous dit qu’il est au fleuve, qu’il cherche Souleymane » A-t-il témoigné.

Sur les circonstances de la découverte du corps, Oumar Doumbouya dit ‘’Grand Laye’’ s’est exprimé en ces termes : « c’est lorsque nous étions venus saluer un parent qui a également perdu son fils des suites de noyade ; que nous aperçûmes cet autre corps flottant sur la surface de l’eau. C’est ainsi que j’ai pris la décision de le repêcher à l’aide de ma pirogue » a-t-il témoigné.

Après le repêchage du corps, les autorités ont été alertées par les parents. Aussitôt informé, le premier vice maire de la commune urbaine s’est rendu sur les lieux. Dr Sékou Kaba se dit très touché par la multiplication des cas de noyade à Kankan. C’est pourquoi il lance appel pressant aux parents afin de prendre soin de leurs enfants surtout au moment des vagues.

Il est à rappeler que dans ces derniers temps, le fleuve Milo enregistre de nombreux cas de morts du aux noyades. Cette découverte intervient un jour après la mort par noyade d’un autre jeune garçon au même endroit.

Par Mariama Tata Diallo pour Couleurguinee.info