Un sacrilège d’une rare ampleur vient d’être signalé dans la ville sainte de Kankan. Des individus non identifiés ont brûlé des corans et des tapis de prière. Ils ont déposé du caca sur d’autres à l’intérieur de huit mosquées y compris la grande mosquée de la ville.

Interrogé, Elhadji Kabinè Kaba, le doyen des muezzins de la grande mosquée de Kankan revient sur les circonstances dans lesquelles cette découverte a été faite

« J’ai été informé par le technicien de la mosquée. C’était des excréments humains que quelqu’un a étalés sur un tapis de prière à l’intérieur de la mosquée. Nous avons enlevé ledit tapis et laver l’espace souillé mais, deux jours après, les odeurs nauséabondes persistaient. Les jeunes disciples de la mosquée ont allumé de l’encens pour pouvoir dissiper les odeurs désagréables mais en vain. C’est ainsi que nous avons poursuivi les fouilles dans la mosquée et à notre fort étonnement, nous avons découvert un autre gros tas d’excrément sous un autre tapis de prière », a-t-il déclaré.

Selon nos informations, des corans et tapis de prière ont été retrouvés recouverts de déchets ou brûlés dans sept autres mosquées de la cité.

La nouvelle est confirmée par le collectif des imams de la région. Une réunion extraordinaire s’est tenue à cet effet au petit matin du vendredi  4 septembre en présence d’El Karamo Bangali Kaba, inspecteur de la ligue islamique régionale et imam de la grande mosquée. Au cours de cette réunion, ces chefs religieux ont unanimement condamné ces actes malsains et maudit les auteurs et leurs acolytes.

 Par Mariama Tata Diallo pour couleurguinee.info