Arrêté le samedi 11 juillet 2020, pour avoir prié en maninkakan, Ismaël Nanfo Diaby a été libéré ce lundi après une réunion tenue au bureau du gouverneur de la Région administrative de Kankan.

Ce lundi, 13 juillet 2020, le gouverneur de région Sadou Keïta a convoqué le préfet, la ligue islamique préfectorale. Nanfo Ismaël Diaby était aussi présent à cette réunion. A la sortie, l’imam n’a pas voulu s’exprimé devant les journalistes. Selon Sadou Keïta le gouverneur de la region administrative de Kankan, aucune condition n’a prévalu à cette libération. Toutefois, il a laissé entendre que quelques conseils ont été prodigués au chroniqueur

« J’ai demandé qu’on le libère, mais qu’il reparte avec nos conseils. Qu’il respecte les principes. Donc, il n’y a pas eu de conditions. Nous lui avons dit que pour avoir une mosquée et être un véritable imam, il faut qu’il fasse la demande, qui va figurer sur le listing des imams de la préfecture. Mais aussi, il faut qu’il participe à changer l’amalgame. Il ne s’agit pas de N’ko, on ne s’attaque pas à l’alphabet N’ko. On s’attaque à un individu qui veut être hors la loi. Il peut prier chez lui avec sa famille, dans la langue qu’il veut, ça c’est lui qui sait. Mais, s’il publie, il s’expose à des restrictions de liberté, ce ne sera pas bien » A-t-il dit.

Au moment même où il recouvre la liberté, la mosquée du chroniqueur de N’ko a été saccagée. Certains de ses partisans arrêtés le samedi dernier, après avoir envahi la résidence du Préfet, ont été transférés au parquet du Tribunal de Première Instance de Kankan. Autant dire que cette histoire est loin de finir.

                                                  Par Mariama Tata Diallo pour couleurguinee