Les 42 détenus du FNDC, arrêtés à Nzérékoré après les élections controversées du 22 mars dernier et transférés à la maison centrale de Kankan ne sont pas en manque de soutien. En effet, après les avocats, c’est la communauté forestière vivant dans la commune urbaine de Kankan qui vient leur signifier leur marque de solidarité.

La communauté forestière leur a rendu visite ce week end, tout en leur apportant un important lot de produits et d’articles d’entretien corporel, pouvant leur faciliter le séjour carcéral. Après avoir fait bénéficier les siens de cette assistance, Antoine Dôbô Guilavogui, membre de cette communauté et activiste du front à Kankan et secrétaire fédéral de l’UFDG, s’est exprimé.

« En réalité, nos parents-là sont victimes d’une injustice à grande échelle. Ils ont laissé les vrais coupables des tueries à N’zérékoré, pour s’attaquer à eux. Ils ont envoyé des innocents à Kankan pour les mettre en prison. Lorsqu’ils sont venus, on a adressé une correspondance à la coordination régionale de toute la communauté Forestière de Kankan, en demandant une assistance, notamment des savons, des habits etc.… C’est ce que nous avons collecté et nous leur avons envoyés aujourd’hui» A-t-il dit.

Il a promis la pérennisation de cette marque de solidarité aussi longtemps que ces détenus ne seront pas relâchés. Il a déploré ce qui leur arrive à la prison car, dit-il, ils sont soumis au régime alimentaire ordinaire et exposés aussi au soleil ; alors que ce n’est pas du tout facile, pour eux, on le sait, même s’ils ont un moral d’acier. Il rassure que tant que le besoin se fait sentir, ils seront à leurs côtés.

A rappeler que ça fait près de deux mois que les 42 détenus du FNDC, poursuivis pour meurtre et complicité de meurtre à l’occasion du double scrutin organisé le  22 mars dernier par les autorités ont été  incarcérés à Nzérékoré et maintenant à Kankan. Leur défense exige la ténue d’un procès le plus rapidement possible.

Par Mariama Tata Diallo pour Couleurguinee.info