L’amende imposée pour le non-respect du port obligatoire du masque est passée désormais de 30 à 50.000 FG.

Ce lundi 24 août 2020, le contrôle de port de bavette qui n’était plus de rigueur a repris de plus bel dans la commune urbaine. On constate une nette amélioration de la soumission populaire à la mesure. Pour ne pas être sommés de payer 50.0000 de contravention, la majorité des gens a renoué avec les bavettes.

Une action qu’encourage Dr Lounceny Chérif président de la société civile :

« On constate que les gens ne portaient plus les bavettes dans la ville et pourtant on n’en n’a pas fini avec la pandémie surtout avec l’augmentation des cas de contamination dans la région de Kankan. Il faut que les gens se ressaisissent, qu’ils portent les bavettes pour qu’on en finisse avec cette maladie, sinon ce n’est pas possible » a-t-il dit.

Saidou Sangaré, citoyen de la ville, est du même avis, mais il dénonce l’augmentation de l’amende. « Ce que le président de la république a dit, c’est clair et net, puisque tout ce qu’il fait c’est pour nous la population. Mais, à travers l’état du pays actuellement s’il dit que les gens qui ne porteront pas les bavettes devraient payer 50 000Fg, ça ne sera pas bon pour la population » a-t-il laissé entendre.

Ousmane Kouyaté, invite au respect du port des bavettes.

« La personne qui refusera de porter la bavette, s’acquittera de l’amende parce personne n’est au dessus de la loi donc, chers frères, je vous invite à respecter la décision du président » implore t-il.

A noter que depuis quelques semaines, nous assistons à la recrudescence des cas de contamination au COVID19, un peu partout dans la région administrative de Kankan.

Par Mariama Tata Diallo pour  couleurguinee.info