A Kankan, les autorités guinéennes ont initié une visite à Kogbèdou, le site prévu, disent-elles, pour abriter un barrage hydro-électrique pour la Haute Guinée. Les chefs des jeunes manifestants qui réclament ces barrages ont été invités à cette randonnée. Pour voir le site nu et abandonner les manifestations dans cette partie du territoire national.

Ils ont vu le site de Kogbèdou, une localité située à 75 kilomètres de Kankan. “Ici, selon notre constat, rien n’est visible sur le terrain, même pas une barre de fer” a martelé le porte-parole de ces jeunes. Selon Mamady Kaba, technicien de l’entreprise Guiter SA, les études de faisabilité ont été faites. Il ne reste que le démarrage des travaux

« C’est en avril 2016 que l’entreprise Guiter S.A avec son partenaire SITRAM, ont signé un protocole d’accord avec l’Etat guinéen pour les travaux du barrage. A partir de 2016, nous avons commencé les travaux d’ouvertures d’emprises. C’était vraiment une forêt arborée qui était là et nous avons tout dégagé. On a commencé la construction du passage d’eau donc la digue sur laquelle nous sommes arrêtés comme ça, c’est ce qu’on appelle batardeau. Les études sont faites en 100%, mais en ce qui concerne la construction du barrage, ça n’a pas commencé d’abord. » A-t-il dit.

Pour sa part, Amara Lamine Soumah, préfet de Kankan a dit que le président a promis de réaliser la construction de ce barrage: « Si nous sommes venus, c’est pour d’abord voir le terrain. L’espoir doit être permis parce que le chef de l’Etat dit qu’il s’engage à faire le barrage de Kogbèdou. Le président, il a envoyé un messager crédible Dr Mohamed Diané, ministre d’Etat chargé des affaires présidentielles et de la défense, auprès du Sotikèmo. Il va remonter la volonté de la population de Kankan » A-t-il dit.

Pour finir, Mamoudou Kaba, porte-parole du mouvement, pense lui qu’on a dépassé la phase des promesses. Il dit que leur mouvement exige le démarrage des travaux sur le site avant la période électorale.

« Sans mentir, il n’y a rien de concret, parce que la route déjà n’est pas praticable. C’est un grand plaisir pour nous déjà d’être venus sur le site. On s’est rendu compte des réalités qui se trouvent sur le terrain. Donc, le constat, il est vraiment amer et c’est déplorable. On a dépassé déjà la phase de la promesse et même si, on a une réponse par rapport à l’exécution du barrage, mais nous exigeons le démarrage des travaux sur le site et cela doit se faire avant la période électorale, sinon il n’y aura pas de mouvement politique en Haute-Guinée. » A-t-il laissé entendre

Visiblement déçu d’avoir effectués le déplacement sur un site devant abriter la construction d’un barrage hydroélectrique qu’ils réclament tant, les jeunes exigent d’avoir une réponse concrète de la part du président d’ici le 21 juillet, au risque d’inonder les rues de Kankan.

Par Mariama Tata Diallo pour couleurguinee.