A Kankan, les lieux de loisirs (bars, restaurants, maquis et hôtels) ont rouverts après que le président Alpha Condé a ordonné la réouverture des lieux de culte. Les tenanciers de ces lieux de loisir viennent d’être sommés de les refermer par l’autorité préfectorale de Kankan.

En dépit de l’instruction des autorités, quelques lieux de loisirs continuent de rester ouverts  et reçoivent, de jours comme de nuit, leurs clients dans la commune urbaine de Kankan. C’est le cas l’hôtel PLAZA, situé au quartier Senkefara, géré par Abdourahamane Touré.

« La décision qui a été prise au niveau du gouvernement de fermer les restaurants et boîtes de nuit, on a compris et on a accepté. Mais, quand vous voyez que ici c’est ouvert, c’est parce qu’il y a des personnes qui logent à l’hôtel. On doit préparer pour ces personnes-là. Et aussi, on vend certaines choses, si nos clients viennent, ils achètent et ils rentrent chez eux, on n’accepte pas que les gens s’asseyent ici. Quand le président décide, on doit le respecter » a-t-il dit.

Même constat au restaurant SORIBGE. Les clients prennent leur temps ici et tout se passe comme si rien n’était. Adama Kanté, chargé à l’alimentation, dit n’avoir pas reçu d’instruction de fermeture.

« On a été convié à une réunion à la préfecture de la part de monsieur le préfet. Il a été très décisif et on a accepté. Mais, pour notre restaurant, on n’a pas reçu l’ordre de fermer parce que nous sommes dans un lieu comme le marché. En ce qui concerne la décision même si on ne fait pas partie, on respecte les mesures barrières. Pendant la nuit, on a le restaurant. On essaye de l’appliquer en faisant la distanciation sociale » a-t-il expliqué.

Hamidou Barry est un jeune citoyen qui fréquente habituellement ces lieux de loisirs. Il invite au respect de la mesure de restriction en vigueur, mais plaide aussi pour ne pas que ça dure.

« On doit respecter les mesures sanitaires parce qu’ils ont fait ça juste pour freiner la propagation de la pandémie. Et aussi la mesure elle est bonne, si ça ne dure pas parce que nous, notre activité fait allusion à ces lieux de loisir là : s’ils sont ouverts, ça va mais, s’ils sont fermés ce n’est pas bon pour nous »  a-t-il dit.

Ces mesures de restrictions imposées par les autorités locales de Kankan, interviennent alors qu’une quinzaine de malade au Covid 19 se font soignés au centre de traitement des épidémies de l’hôpital de Kankan.

Par Mariama Tata Diallo pour couleurguinee.info