Ce mardi, 22 septembre 2020, trois responsables locaux et trois missionnaires du parti Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) ont été mis aux arrêts et conduits au commissariat central où ils ont été auditionnés des heures durant.

Selon le secrétaire fédéral de l’UFDG à Kankan, Antoine Dögbo Guilavogui, c’est après avoir répondu à une invitation du préfet, que ce dernier a ordonné que soient arrêtés immédiatement ses hôtes

C’est certainement le début de l’enfer pour les responsables et militants de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, UFDG à Kankan. Alors que plusieurs mouvements de soutien à ce parti de l’opposition ne cessent de naître à Kankan, une contrée réputée fief du pouvoir en place, les autorités administratives et sécuritaires inquiètent les responsables de ce parti.

Après plusieurs heures d’audition à la police, Antoine Dogbo Guilavogui, le secrétaire général de l’UFDG à Kankan, a fait savoir devant les journalistes qu’ils ont été arrêtés et entendus, parce que les militants de l’UFDG auraient massivement sillonné la ville de Kankan à travers un carnaval.

« C’est le maire de Kankan qui m’a appelé pour me dire que le préfet veut me parler. Amara Lamine Soumah m’a demandé de venir avec les trois missionnaires de l’UFDG qui sont venus de Conakry. Lorsque nous sommes arrivés dans son bureau nous étions six. Le préfet a ordonné qu’on nous retire nos téléphones et qu’on nous fouille, comme si nous sommes des bandits. Après, il nous a dit que des militants de l’UFDG sont sortis hier nuit pour semer le trouble en ville, je lui ai dit que ce ne sont pas nos militants. Après il a ordonné le commissaire de nous envoyer à la police pour nous auditionner et nous libérer, après il a encore appelé et demander de nous arrêter » A-t-il dit.

Après avoir été auditionnés, les six responsables de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée ont été libérés sans condition a ajouté le secrétaire fédéral, Antoine Dogbo Guilavogui.

Par Mariame Siré Traoré pour couleurguinee. info