Le président de l’Alliance pour les forces du changement (AFC) Mandjouf Mauro Sidibé est à la une de l’actualité cette semaine à Kankan. Il est accusé par un membre de sa famille d’avoir revendu une maison familiale située au quartier Almamyah, dans la commune de Kaloum pour payer sa caution à la présidentielle prochaine. Le principal intéressé a apporté sa part de vérité dans un point de presse qu’il a animé ce dimanche à son domicile au quartier Heremakono 2.

Le mis en cause persiste et signe avec des documents en main qu’il est le propriétaire légitime du domaine qui fait l’objet de litige.

« La concession qu’on m’accuse d’avoir vendu pour payer ma caution est d’abord une propriété privée. J’ai des documents au complet. C’est une diffamation à mon égard, ils veulent salir ma candidature à présidentielle prochaine » A-t-il dit.

Dr Mandjouf Mauro Sidibé, soupçonne le pouvoir en place d’être derrière ce qu’il appelle cette campagne de diffamation. D’ailleurs, il affirme que le pouvoir d’Alpha Condé n’est pas à son coup d’essai

« La veille de chaque élection, je rencontre de faux problèmes. Au moment des élections communales de 2018, j’ai été convoqué à Conakry à la gendarmerie sous l’ordre du président de la république, Prof Alpha Condé, pour un problème domanial, comme j’étais en compétition avec l’actuel maire Mory Kolofon Diakité, soutenu par Dr Mohamed Diané, ministre d’Etat chargé des affaires présidentielles et ministre de la défense. Cette élection présidentielle, ils savent que je peux les battre ici à Kankan, donc c’est une mise en scène, pour que la cour constitutionnelle me retire sur la liste des candidats à la présidentielle prochaine. »A-t-il fait savoir.

A la question de savoir si un domaine a été vendu pour que le candidat du parti Alliance pour les forces du changement paye sa caution, le candidat malheureux de la dernière élection communale, Dr Moron Sidibé a préféré confier sa langue au chat. Il a tout de même menacé de porter plainte contre la personne impliquée dans ce qu’il appelle une campagne de diffamation.

Par Mariame Siré Traoré pour Couleurguinee

Facebook Comments