Actu

Kindia: Campagne d’identification des conducteurs de taxi moto pour leur sécurité.

single-image

Le processus de réglementation des conducteurs de taxi moto est observable à Kindia. La délégation syndicale a pris des mesures allant dans le sens de la sécurisation de tous les conducteurs de moto taxi de la commune urbaine de Kindia.

Il est maintenant facile d’identifier les conducteurs de taxi-moto, on les voit tous les jours portant des  gilets sur lesquels sont mentionnés le point de stationnement de chaque motard et son numéro d’identification.

Il y’a de cela quelques semaines que ces conducteurs de moto taxi s’enregistrent pour faciliter leur identification en cas de problème. Interrogé sur le motif de réglementation, le secrétaire général des taxis motos, Lansana Sylla, répond en ces termes : «Il faut qu’ils prennent des identifiants parce que les conducteurs de Taxi moto sont souvent accusés dans l’exercice de leur métier. Ils sont agressés toutes les nuits par des bandits armés et une fois la moto est volée, nous aurons du mal à l’identifier. Donc c’est pourquoi nous avons décidé en commun accord avec les autorités de réglementer la gestion des conducteurs de Taxi moto à Kindia. Les identifiants sont : le gilet sur lequel est  inscrit le numéro d’enregistrement et un badge, on mentionne le point de stationnement de chaque conducteur. Cela nous permettra désormais d’avoir le contrôle sur le quotidien de tous les taximètres à Kindia ville ».

Ces mesures viennent à point nommé car ces derniers temps, les conducteurs de Taxi moto ont  été victimes d’attaques à mains armées.

Pour Mohamed Bangoura, taximètre « l’affaire de gilets là c’est bon pour nous les taximètres parce-que quand tu as le gilet, les gens comprendront que tu es sur un taxi. Les 25 000 qu’on paye n’est rien, l’essentiel c’est d’avoir une sécurité, savoir où tu dois t’arrêter pour travailler. Les passagers de leurs côtés ne doivent pas monter sur un motard qui n’a pas de gilet car celui qui n’en a pas, est un bandit ».

Depuis le début de ce processus, certains conducteurs de Taxi moto peinent à se réglementer. Ils sont tout le temps harcelés par les policiers. Un fait que déplore Mamadou Saliou  Sané « La manière d’agir des policiers nous le montre au centre ville, ce n’est pas du tout bon. Nous sommes conscients que cela y va dans notre intérêt mais  ce n’est pas tout à coup qu’on gagne l’argent. Moi j’ai la moto d’une personne et j’ai la recette sur ma tête mais s’ils se permettent de me retirer la moto ce matin là comment puis-je faire pour m’enregistrer ? »  S’interroge-t-il

Chaque jours des milliers de motos sillonnent au centre ville de Kindia. C’est un moins de transport peu coûteux mais très critiqué par certains citoyens à cause des comportements indélicats de certains conducteurs.

                                                                     Par Bountouraby Dramé Kindia pour Couleur Guinée.

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes