Les étudiants de la troisième année de l’école nationale de la santé ont manifesté ce mardi 7 juillet 2020. Ils exigent la licence au profit du BTS ( Brevet de Technicien Supérieur) et une prime de séparation. Ils ont parlé de non respect d’un accord par le gouvernement guinéen.

Ces manifestants ont scandé le slogan « non au BTS » pour réclamer ce qu’ils appellent leur droit.

“ Nous sommes là parce que nous nous sentons méprisés dans nos droits. Tout étudiant qui a eu son bac et qui a suivi trois ans de formation a droit à une licence. Nous ici, après la formation, c’est le BTS qu’on délivre aux étudiants alors que le BTS, c’est bac plus deux ans. Donc, nous demandons la licence” A expliqué Fassou Matos Konamou étudiant en troisième année.

Ces manifestants ont aussi dénoncé le non respect d’un accord par le gouvernement guinéen. “ On a déposé la lettre dans les deux départements, l’enseignement supérieur et l’enseignement technique. On a des preuves attestant que l’ex ministre de l’enseignement technique Albert Damantang Camara et Yéro Baldé de l’enseignement supérieur ont signé. Ils ont fait un arrêté, tous les bacheliers orientés dans les écoles techniques à savoir l’école nationale de la santé… Après les trois ans de formation, nous aurons la licence »  Ajoute Morlaye Camara étudiant en troisième année, biologie.

Le directeur  national de la santé  dit que cette réclamation a commencé depuis 2015, seulement les accords trouvés n’ont pas été respectés.

“Depuis 2015, on a commencé à envoyer des bacheliers ici et plus de 4 promotions ont réclamé la licence. Quand le ministre Damantang est venu, les étudiants ont protesté pourqu’on leur donne une licence. Ils ont négocié avec l’enseignement supérieur et un document a été signé pour dire que les étudiants vont bénéficier d’une licence. Le problème s’est encore posé quand le ministre de l’enseignement supérieur est venu Monsieur Yéro Baldé. Après une concertation, il est revenu sur sa décision” Indique Dr Samba Dioumessy.

Aux dernières nouvelles, un compromis a été trouvé suite à l’implication de l’inspecteur régional de l’enseignement technique de Kindia. Les manifestants comptent manifester lundi prochain, s’il n’y a pas une solution à leur problème.

Par Bountouraby Dramé, Kindia pour Couleur Guinée.

Facebook Comments