Les attaques à main armée refont surface dans le district de Kourémalé, relevant  de la sous-préfecture de Doko, située à plus de 75 kilomètres de la Préfecture de Siguiri. Dans la nuit  de dimanche 10 à lundi 11 mai 2020, au moins huit (8) maisons ont été dépouillées de leurs contenus par des hommes armés. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée, mais de fortes sommes d’argent et plusieurs autres biens ont été emportés.

Ces différentes attaques ont été perpétrées par des présumés bandits entre 2 heures à 4 heures du matin à Kourémalé-Koko  vers  Nambarafoloni. Munis de PMAK, les assaillants ont emporté plusieurs objets importants et de fortes sommes à en croire les victimes, parmi lesquelles, caporale Moussa Bayo qui a déclaré avoir perdu sa carte militaire  et quelques biens dans l’attaque de sa maison.

Informée de la situation, la gendarmerie de Kourémalé-Guinée a déployé des agents sur le terrain, mais les présumés bandits s’étaient déjà fondus dans la nature vers Kourémalé-Mali.

Dans la matinée du lundi, 11 mai 2020, c’est la psychose et l’inquiétude qui régnaient chez les citoyens de Kourémalé-Guinée, qui tirent la sonnette d’alarme et appellent à plus de vigilance car cette prolifération a commencé depuis l’annonce des opérations de couvre-feu, pourtant censé les protéger avec leur bien.

Depuis l’instauration du couvre-feu sur toute l’étendue du territoire guinéen, ces opérations de la nuit du dimanche à lundi, viennent allonger le chapelet des nombres d’attaques perpétrées par les assaillants à Kourémalé-Guinée. Le plus souvent les enquêtes n’aboutissent en rien. La question que se posent bon nombre de citoyens de Kourémalé-Guinée est celle de savoir quelle est l’importance du couvre-feu dans la protection des citoyens et leurs biens.

Par Mariama Tata Diallo pour Couleurguinee.info