Ce lundi, aux devantures des résidences privées des responsables du Front National pour la Défense de la Constitution, notamment chez l’opposant Cellou Dalein DIALLO et chez l’activiste Abdourahamane SANO, il y avait des gendarmes et des policiers qui ont pris d’assaut toutes les ruelles. Des citernes à eaux chaudes, des pick-up de la gendarmerie et de la police étaient bien en place. Des gendarmes et des policiers déployés à plusieurs mètres veillaient au grain. Ils ont dit que c’est pour prévenir toute manifestation de nature à troubler l’ordre public. Un peu plus loin au carrefour Belle vue et jusqu’a Hamdallaye, les citoyens vaquaient à leurs occupations.

Les boutiques et les magasins sont restés fermés au marché Taouyah et jusqu’au centre émetteur. Certains propriétaires de ces commerces ont pris place devant les boutiques pour prévenir d’éventuels pillages. Seuls quelques étalagistes, pour la plupart des femmes, revendaient des articles divers. Un peu plus loin, au petit lac, la vie suivait son cours normal avec des citoyens qui pour la plupart sont des vendeurs de matériels de construction.

Dans certaines écoles, les cours ont été suivis même si l’affluence était faible. Un constat compris par certains responsables d’établissements comme étant la crainte de certains parents d’élèves de libérer les enfants cette période de tensions.

La chaudière, comme d’habitude, c’est la route le Prince. Des altercations ont débuté très tôt dans cette partie entre jeunes manifestants et forces de l’ordre. Dans la débandade, le jeune Alpha amadou Barry du mouvement Akhadan a été frôlé au front par ce que certains croient être une balle. Ça s’est passé précisément au carrefour prince Hamdallaye témoigne Mamadou Alpha Diallo, activiste du FNDC et militant du parti UFDG.

« Quand le jeune a reçu la balle au front. Il s’est évanoui. Il a été vite envoyé dans une clinique. Il y a eu plus de peur que de mal » a signalé Mamadou Alpha Diallo. Certains observateurs ont dit que c’est plutôt un projectile qui a atteint ce jeune.

Au quartier Wanindara située dans la commune de Ratoma, la circulation était morose. Boutiques et magasins fermés, des stations-services, des banques de micro finances également fermées. Les citoyens vaquaient à leurs occupations. Des pick-up de la gendarmerie et de la police ont été déployés au rond-point de la T5 et sur des artères qui mènent aux fins fond de ce quartier.

Au carrefour marché réputé chaud lors des manifestations, il y a eu comme d’habitude des échanges de pierres et de gaz lacrymogènes entre jeunes manifestants et agents de la police. Ca été le décor dès 7h malgré la pluie qui s’abattait sur cette partie de la capitale.

Un jeune qui frise la dizaine a été légèrement blessé par un projectile nous a confié une source médicale qui lui a donné des soins. Au moment où nous quittions les lieux, il n’y avait pas d’interpellations, comme c’était le cas d’habitude.

Par Mamadou Alimou Diop pour couleurguinee