Le 7 septembre, peu après la clôture de la première émission « Les Grandes gueules » de la 13 ème saison, Lamine Guirassy, le PDG de Hadafo Médias a bien voulu répondre à nos questions.

 Bonjour, Monsieur Lamine Guirassy, PDG du groupe Hadafo medias. Merci d’avoir accepté de recevoir cette équipe du site couleurguinee. info pour cet entretien.

Couleurguinee : vous venez de clôturer la première émission des « GG » au compte de la 13ème saison. Avec quels sentiments vous sortez de cette émission ?

C’est toujours compliqué, les premières émissions. Je suis là depuis 4 heures du matin, c’est un sentiment de fierté, on sait qu’on nous attendait beaucoup, les auditeurs et les téléspectateurs. Et il fallait assurer, c’est ce que nous avons fait ce matin avec toute l’équipe. Je sors avec un sentiment de satisfaction.

Certainement, nous allons avoir le score tard la nuit, et ce qui est sûr, c’est que les auditeurs étaient au rendez vous. J’ai vu les réactions entre autres sur les réseaux sociaux mais aussi comme d’habitude, sur notre plateforme habituelle. En tout cas je suis très ravi de la reprise.

Couleurguinee : le contact avec le micro après deux mois de vacances comment tout ça s’est passé dans le studio ?

On a toujours quelques tracs avant de prendre l’antenne parce que deux mois ce n’est pas facile. HADAFO Médias a connu une année assez compliquée avec les cas de maladies au COVID19 entre autres, après on est revenu pour terminer la saison et puis les vacances se sont passées, il y a eu quelques départs et quelques arrivées aussi au sein du groupe. Donc douter ? Non,  cela ne fait pas partie.

On se dit toujours, est-ce qu’on va convaincre les auditeurs, c’est que nous avons fait avec beaucoup de philosophie, prendre le recul, essayer de voir qu’est-ce que les auditeurs attendent de nous cette saison, ne pas servir la même chose. C’est ce que nous essayons de faire d’ailleurs chaque saison ici à HADAFO Médias.

Couleurguinee : Vous avez déclaré dans les médias que cette rentrée est appelée la rentrée majestueuse. Expliquez en quoi elle est une rentrée majestueuse ?

Je pense que vous êtes auditeurs de radio Espace fm. Vous avez pu constater avec les nouveautés qu’on a mises à l’antenne. Quand on dit majestueuse, c’est de rendre l’utile à l’agréable dans le sens que des personnalités que nous avons faites venir chez nous cette année, personne ne pouvait penser que ça pouvait se passer en Guinée. Un politique reconverti en chroniqueur des GG.

Un journaliste de renom du côté de RFI qui a rejoint le groupe, Sidy Yansané qui a une chronique chez nous. Je pense que nous avons été vraiment à la hauteur. Et vous allez juger vous-même dès la première semaine ce que nous allons donner aux auditeurs et aux téléspectateurs.

Couleurguinee : Vous reprenez dans un environnement où certains qualifient HADAFO Médias de groupe concurrent de Djoma Médias. Est-ce que vous voyez comme ça les choses ?

Pas du tout ! J’ai toujours dit que les médias se complètent et je peux comprendre les auditeurs. Peut-être chacun qui s’adonne un peu à ce jeu, concurrence pas concurrence, je pense que nous avons un vécu. HADAFO Médias, c’est quand-même 13 ans, 10 ans nous sommes numéro 1 en Guinée, ça c’est le travail qui a fait cela, est-ce que c’est pour réveiller un tout petit peu les journalistes de ce groupe ? Gros point d’interrogation ! Mais, je ne le vois vraiment pas dans ce sens. Pour moi, c’est des comparaisons stériles, ça n’a pas de sens.

Couleurguinee : des auditeurs disent que la radio Djoma FM semble s’être inspirée de la grille d’Espace FM. Il y a beaucoup de similitude dans les émissions. Qu’en dites-vous ?

Si on inspire d’autres médias… je pense que vous aurez mieux à poser cette question aux médias qui s’inspirent de Hadafo. Je le disais tantôt que nous avons un vécu. Nous avons notre histoire. Donc, si demain on peut inspirer d’autres médias, on ne peut être que fier.

Couleurguinee : Vous écoutez Djoma FM ?

J’écoute toutes les radios en Guinée, je n’écoute pas qu’Espace.

Couleurguinee : Certains de vos journalistes ont démissionné est-ce que vous avez senti ce vide à cette rentrée ?

Alors là pas du tout ! Vous savez, je disais tantôt aux journalistes d’Espace que ce groupe est bâti en fait sur ce qu’on peut appeler la collectivité. C’est-à-dire, c’est l’effort collectif pour tout le monde. Maintenant, HADAFO, c’est une pépinière, je l’ai toujours dit. Il vous souviendra que chaque année, nous organisons ce qu’on appelle « Espace talent », d’autres s’affirment évidemment.

J’ai toujours béni tous ceux qui sont partis et nous avons gardé de bons rapports. En tout cas, j’espère que nous allons garder de bons rapports, parce que ce n’est qu’un au-revoir évidemment, donc le plus important, c’est de garder le cap et surtout, tous ce que nous avons  comme challenge , je veux dire cette année que nous puissions vraiment atteindre le but.

Couleurguinee : Certains de vos détracteurs disent que c’est seulement les animateurs des GG qui sont bien traités à Espace FM. Que répondez-vous à ceux qui disent cela ?

Ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent, pour moi le plus important… j’ai des gens qui travaillent ici depuis plus de 10 ans. Maintenant, à dire que les animateurs de l’émission les GG, sont les mieux traités, ce sont eux qui le pensent. Je ne sais pas sur quelle base, ils se  fondent pour dire cela. Évidemment, c’est une émission qui est très exposée. Je pense que le mieux aujourd’hui c’est d’aller demander aux techniciens ou aux autres animateurs de la radio espace est-ce qu’il y a une différence entre eux et un animateur des « Grandes Gueules ».

Couleurguinee : il y a un adage qui dit qu’il n’est pas difficile de se hisser au sommet mais le plus difficile c’est de se maintenir, quelle est la stratégie que vous allez déployer pour rester la plus lionne des radios ?

On ne m’avait jamais posé cette question. Vous êtes trop forts, vous couleurguinee. C’est de redoubler d’efforts évidemment, rien n’est acquis. Moi, je ne minimise personne. Je veux dire, si on a creusé l’écart aujourd’hui dans notre pays, c’est parce qu’on est arrivé avec une méthode de faire de la radio, je pense qu’on a réussi à casser les codes, à demander les comptes à ceux qui dirigent. Je pense surtout à donner la parole à ces vrais gens. Ceux qu’on n’entend pas souvent et c’est ma plus grande fierté.

Couleurguinee : C’est Kalil Oularé, votre ancien DG qui est le DG de Djoma FM. Qu’est-ce qui justifie son départ de votre groupe ?

Le mieux ça serait de lui demander. C’est comme Al Souaré, je parle avec tout le monde ça va, nous tissons de bonnes relations. On peut être des adversaires, mais nous ne sommes pas des ennemis. Déjà, c’est important, quoi qu’il arrive, ils sont guinéens, donc pour moi, ça c’est important.

Couleurguinee : Quelles sont vos relations aujourd’hui ?

Ça va !

Couleurguinee : Vous vous appelez ?

Ça va !

Couleurguinee : il vous demande des conseils ?

Non, mais ça va.

Couleurguinee : Depuis la création de HADAFO Médias, quel est vôtre seul regret ?

Oh !  Mon seul regret, c’est la perte de Kadiatou Mos Camara. Des personnes comme ça, c’est une étoile filante, c’est juste extraordinaire, partout où je suis, je suis avec Mos. Vous voyez ici au niveau de mon bureau, là vous descendez dans la salle de rédaction tout de suite il y a sa photo, dans la salle de réception également il y a sa photo, parce que c’est une fille qui m’a marqué à tous les niveaux. Elle ne trichait jamais. Je pense que la perdre pour moi, je pouvais imaginer tout sauf ça.

Couleurguinee : Un dernier mot pour vos auditeurs et pour les lecteurs du site couleurguinee.info

C’est de continuer à suivre votre site internet, vous faites un travail remarquable. C’est ça le journalisme, venir à la base, pas reprendre ce que les gens racontent de gauche à droite, mais venir poser des questions et obtenir des réponses. Je pense que c’est un jeune site, je me souviens avec mon ami Abou Bakr de Lynx fm qui m’en a parlé. Aux auditeurs de continuer à suivre le groupe Hadafo médias, parce que nous n’avons pas qu’Espace Fm.

C’est de leur dire aussi que nous n’allons pas les décevoir, c’est très important. Nous, c’est d’abord le travail. Le reste, les auditeurs et les téléspectateurs vont juger. On a trouvé des radios ici sur place, nous avons créé notre chemin, et si nous avons ce capital de confiance aujourd’hui, je pense qu’on le doit non seulement à notre travail, travail d’équipe évidemment, parce que je suis à la tête. Mais, Hadafo, c’est plus de 200 personnes aujourd’hui.

Donc, pour moi, c’est cette pression de ne jamais décevoir nos auditeurs et aussi de continuer à suivre votre site internet. Parce que je pense que c’est un site qui se démarque aussi à sa manière, continuer aussi l’élan que vous avez pris parce que, c’est en cela seulement que vous pouvez, vous en sortir. On sait que dans votre milieu, il y a beaucoup de fake News, des gens qui reprennent des informations non vérifiées, mais vous avez tracé votre chemin et je pense qu’il faut continuer dans ce sens.

Interview réalisée par Kadiatou Cherif Baldé et Mamadou Alimou Diop

Facebook Comments