Les fidèles chrétiens de Guinée vont célébrer l’assomption ce 15 Août 2020 dans les différentes Eglises. Une fête qui commémore la montée de la Vierge Marie, mère du Christ au ciel. Le feu vert leur a été donné par les autorités religieuses. Mais, dans le respect des mesures sanitaires connues de tous précise le communiqué. À quelques heures de cette célébration, certains fidèles rencontrés sont déjà dans la ferveur religieuse.

Zackeline Tonguino est de ceux-ci.

« Puisque cette réouverture a été faite à l’occasion de la fête des musulmans, bien sûr, comme c’est aussi fait pour celle des chrétiens, c’est une bonne chose. Il faut dire que les Eglises ont été fermées il y a longtemps et donc l’enthousiasme est là. On a vraiment envie d’aller prier dans les Eglises, prier Dieu pour que cette maladie finisse enfin dans le pays » dit-elle

Si certains ont hâte de retrouver l’Eglise demain pour saisir cette opportunité qui leur a été offerte. Par contre, d’autres décident de ne pas s’y rendre.

« Moi, je ne vais pas célébrer cette fête car une seule journée est insuffisante à mon avis. Je pense que ce n’est pas la peine de continuer à empêcher les gens d’aller prier dans les lieux de culte. Si nous regardons ce qui se passe dans les marchés, c’est inexplicable. Dans les lieux de culte, on peut quand même s’organiser. Mais, dans les marchés non. Par exemple on peut voir certains qui portent leurs bavettes pendant un mois. On ne peut pas suivre les gens individuellement. Alors qu’ils nous ouvrent complètement les lieux de culte » se révolte le pharmacien Dr Cécé Loua

Pour sa part, Marie Louise affirme que l’Eglise lui avait trop manqué. Elle se réjouit de retrouver l’Eglise après 4 mois de fermeture.

« Cette réouverture va nous aider beaucoup plus encore dans la communion fraternelle. Les églises sont fermées, nous avons beaucoup souffert parce que c’est à travers les assemblées dans les Eglises les dimanches que nous nous retrouvions avec les amis et autour de la parole de Dieu. Cela nous réconfortait beaucoup. Mais, lorsque nous étions à la maison, nous étions des brebis sans propriétaires. Et cela joue vraiment sur la foi des chrétiens » regrette-t-elle.

Cette catholique invite ses paires au respect des mesures sanitaires édictées par les professionnels de santé

« Il ne faut pas oublier de respecter les gestes barrières. Parce que nous ne sommes pas sans savoir que la maladie existe encore et elle continue à se propager dans le pays. Donc, je prie tout un chacun de respecter ces mesures barrières » conseille-t-elle.

              Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.info