A quelques semaines de la présidentielle du 18 octobre, le président de l’Urtelgui (Union des radios et télévisions libres de Guinée) a sillonné les régions administratives de Guinée. Pour une série de formation de journalisme en prélude à la Présidentielle. Il a expliqué aux journalistes de ces régions comment assurer correctement la couverture médiatique d’un scrutin présidentiel

À la radio Niandan FM de Kissidougou et dans les autres régions, Sanou Kerfalla Cissé a axé sa communication sur la responsabilité du journaliste avant, pendant et après les élections. Précisément la gestion des rumeurs durant cette période dite sensible.

« Quels sont les rôles qu’un journaliste doit jouer avant pendant et après les élections. La responsabilité sociétale d’un journaliste et la gestion des rumeurs. Parce que je vous le dis,  l’élection présidentielle est la plupart du temps émaillée de tensions et de violences parce que ça met en jeu les ethnies. Il faudrait rappeler aux journalistes le rôle qu’ils doivent jouer pour la quiétude sociale. Comme vous le savez, il y a certains parmi vous qui n’ont jamais couvert des élections. Alors, il y a ce premier aspect. Nous sommes (Urtelgui) pour briser un certain mythe. Depuis un certain temps, l’Urtelgui demande aux patrons des médias de faire des contrats avec leurs journalistes. Nous ne voulons pas que nous terminons nos carrières journalistiques dans la souffrance. Il y a beaucoup de journalistes qui sont morts, il n’y a pas eu une prise en charge après. Ces gens ne sont pas à la caisse nationale de sécurité sociale. Alors, il faudrait que nous fournissions des efforts. Moiqui vous parle, mes journalistes ne se sont pas inscrits à la caisse nationale de sécurité sociale malgré qu’ils aient des contrats. Il faudrait que nous fournissions des efforts pour que vous journalistes, vous ayez un avenir radieux. A vous journalistes aussi d’arrêter de prendre de l’argent en amont. Laissez l’argent venir à vos différentes rédactions pour que la fin du mois, vos patrons puissent vous payer » a sensibilisé Sanou Kerfalla Cissé

Le président de l’Urtelgui a invité les hommes de médias à refuser d’être les Valets des hommes politiques et économiques. Pour lui, lorsqu’un homme politique donne de l’argent à un journaliste, il peut prendre cet argent sans pour autant être un outil de propagande de ce donateur

« Refusez d’être les valets des hommes politiques et économiques ou des hommes du pouvoir. Restez journaliste. Respectez-vous. Refusez de prendre les 50.000fg. Si on vous donne, prenez et faite votre travail. Restez journaliste. Ce sont ces messages que l’Urtelgui a tenu à véhiculer dans toutes les régions » a dit Sanou Kerfalla Cissé.

Par Jean François Mamy correspondant régional pour couleurguinee.info

Facebook Comments