Ismaël Condé, le vice Maire de Matam n’a pas mis du temps pour répondre aux six sections du RPG arc-en-ciel de la commune de Matam qui planifient son départ. Après avoir relevé des insuffisances de la correspondance qu’il a reçue à cet effet, le vice maire contre-attaque

« Avant de demander l’exclusion d’une personne dans un parti, il y a des procédures à suivre. Et moi, je n’ai été ni averti, ni suspendu de mes fonctions. J’ai été blâmé dans ce processus. Ensuite, les sections disent que je ne suis pas membre du RPG et je que ne suis membre d’aucune structure du Parti.  Quelqu’un qui n’est membre d’aucune structure pourquoi demander son exclusion ». S’interroge-t-il.

Deuxièmement, ils demandent que je sois exclu en tant qu’élu local de Matam et que je sois remplacé dans mon poste de premier vice maire. Je m’en vais leur dire simplement qu’un élu n’est pas quelqu’un qu’on peut exclure facilement » a-t-il martelé

« Mais, comme c’est une simple correspondance qui a été adressée, j’attends la réaction du bureau politique nationale pour pouvoir me déterminer en fonction de cette correspondance » indique-t-il

Pour cet élu de la commune de Matam, cette démarche ne le déstabilisera point et affirme que cela ne fera que ridiculiser le parti.

« Ça ne me fait ni chaud ni froid. Pour moi, c’est encore ridiculiser le parti et se faire ridiculiser. Dans un pays démocratique où un élu local peut être élu sous une formation politique et aucours de ce mandat on vient lui dire qu’ils vont l’exclure. Il faut que nos cadres et nos responsables apprennent les législations » regrette-t-il.

Pour finir, Ismaël Condé a adressé un message au président Alpha Condé.

« C’est de penser à d’où vient : Le RPG. Il faut que nous acceptions notre auto-critique aussi car c’est ça qui fait la valeur d’un parti politique et un travail collégial dans le gouvernement. Donc, je demande aux présidents d’intervenir dans ces conditions pareilles. Car c’est l’image du parti qui sera mise en cause d’après une telle démarche » a-t-il laissé entendre

                    Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.Info