Couleurguinee.info vous propose cet article en plusieurs actes. C’est une réflexion qui porte sur ce que la politique et les ressources minières ont apporté aux Guinéens. Lisez plutôt

Koubia et Tougué connaissent le même enclavement. La construction  de la route Labé- Tougué-Diguiraye – Kitinian (Siguiri) frontière Mali  qui devait être faite dans le cadre de la CEDEO reste toujours un rêve.

Lélouma a aussi sa part de calvaire de Kouramangui au chef- lieu de la préfecture celle passant par Diari est devenue impraticable depuis belle lurette. En dehors du tronçon Mamou- Labé fait dans les années soixante aujourd’hui complétement dégradé et de celui Labé Koundara qui était très avancé sous le feu Général Lansana Conté et qui reste inachevé jusqu’ici par manque de volonté politique, les populations de la Moyenne Guinée  vivent un enclavement chronique.

Les producteurs de la région surtout de pomme de terre, de fruit et de légumes subissent des pertes énormes dues à l’enclavement. Ils ne peuvent drainer leur production ni vers les villes guinéennes, ni vers les pays voisins.

Les nombreuses potentialités touristiques de la région très enviées par les touristes restent inexploitées à cause de ce même enclavement, du manque d’électricité, d’eau et d’autres choses qui devaient être faites par l’Etat.

La Haute Guinée :

Elle est devenue progressivement  depuis 2011, le cordonnier très mal chaussée du pays, elle est le fief du parti qui est au pouvoir depuis dix ans mais demeure l’une des plus pauvre du pays, ses populations n’ont ni routes, ni eau, ni électricité, les manifestations en cours des jeunes de la région pour réclamer de l’électricité en font foi. Le peu de routes bitumées qu’on y trouve ont été faites un peu par la première république  et le reste (Kouroussa -Kankan –Siguiri-Kourémalé avec des ponts sur les fleuves) par la deuxième république de feu Général Lansana Conté. Ces routes qui manquent d’entretien  depuis 2010 ne font que se dégrader et certaines sont devenues impraticables. Il n’y a que trois chefs-lieux de préfectures (Kouroussa, Kankan et Siguiri) sur les  sept de la Haute Guinée qui peuvent aujourd’hui se joindre facilement entre eux. Tout le reste demeure un véritable calvaire.

La haute Guinée referme de l’or et du diamant exploités par des sociétés qui travaillent avec l’Etat. L’impact de ses sociétés sur les populations de la région est à rechercher avec le microscope. Depuis 2010 on fait croire aux fils de la Haute Guinée que c’est leur pouvoir qui est exercé sur le pays alors que c’est une simple mafia qui  est là en train d’utiliser les fils de la région contre lesquels les autres ethnies risquent de  nourrir à tort  de plus en plus de haine.

La Guinée Forestière :

C’est une région qui regorge de richesses tant agricoles que minières. Elle produit de la banane, du café du cacao, du riz, de l’huile de palme, de la cola du bois etc. A cause de ‘enclavement les populations de cette région tirent très peu de profit de leurs productions agricoles composée en grande partie de produits périssables difficile à transporter. La mauvaise gouvernance  qui fait utiliser des entreprises incompétentes, corruptrices pour faire les routes du pays au détriment de celles capables fait très  peu de routes qui se dégradent rapidement eu égard à l’état du sol de la région

Par El Hadj Ibrahima Diallo, agent de développement