« Il était beau, il était drôle, il était libre et courageux. Comme je suis fier de t’avoir eu pour père. Embrasse Desproges et Dabadie. Vu que vous êtes tous au Paradis » A confié son fils sur Instagram.

Une disparition qui a bouleversé bon nombre de personnalités françaises, à commencer par Jean-Paul Belmondo qui dit avoir perdu « plus qu’un ami, un frère ».

Des hommages qui devraient se multiplier jusqu’aux obsèques de l’humoriste. Aucune date ni lieu n’ont pour le moment été dévoilés mais une chose est certaine, Guy Bedos savait ce qu’il voulait, et ce bien avant son départ. Il avait spécifié, non sans humour, qu’il souhait comme épitaphe « il dort enfin » et avait également évoqué, non sans malice, son enterrement dans l’émission de Serge Moati, De vous à moi, le 4 mai 2016, « avec de la musique à l’entrée et à la sortie. Je voudrais une foule immense. J’habite en face du Panthéon, et souvent je dis « A bientôt ». De quoi aiguiller ses proches pour l’organisation de la cérémonie.

Evoquant la fin de vie dans cette même interview, il avait fait savoir qu’il voulait « mourir dans la dignité, décider du jour et de l’heure. » Une mort maitrisée, et surtout ne jamais devenir dépendant, grabataire.

Parlant de sa vieillesse, il disait toujours que « C’est hideux les vieillards, je veux mourir avant d’avoir des couches » déclarait-il avec toute la franchise qu’on lui connaît.

Louda Fogo Baldé pour couleurguinee.info