Antoine Béavogui, le leader des jeunes manifestants de Macenta qui réclament le bitumage des différents axes routiers de la préfecture de Macenta est porté disparu depuis la soirée du jeudi, ses proches n’ont pas ses nouvelles.

« C’est la complicité des autorités de Macenta, parce qu’il (notre leader) a été menacé de mort au même titre que le journaliste qui est sur le terrain. La veille de la manifestation, le préfet l’aurait appelé pour lui dire que 6 pickup des forces de l’ordre sont déjà à Macenta et que si quelqu’un s’entête pour sortir manifester, il verra en face de lui ces hommes en uniforme. Mais, les jeunes n’ont pas hésité, ils sont sortis pour manifester, malgré qu’ils ont été gazés et 6 personnes ont été blessées par balles réelles. Après cet accrochage avec les forces de l’ordre, il m’a appelé aux environs de 16 heures pour me dire qu’un monsieur l’a appelé pour venir le rencontrer à côté de l’Eglise Charles Louanga, donc il partait pour vérifier c’était qui. Après quelques instants, j’ai essayé de le joindre mais en vain c’est en ce moment que j’ai demandé à ses amis et à la famille mais en vain. Alors je me suis dit qu’il a été arrêté » A confié un  proche de ce leader de la contestation.

Les manifestants de Macenta exigent la libération immédiate de leur chef. Ils menacent de remettre ça s’il n’est pas libéré dans un meilleur délai

Par Jean François Mamy le correspondant régional de couleurguinee.info