Dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus dans le monde, le Haut Commissariat des Droit de l’Homme a élargie les plans de ripostes aux différents champs de contamination.

De ce fait, pour le respect de la mesure de distanciation sociale et empêcher la concentration de personnes dans certains lieux de regroupement, cette institution s’est intéressée aux lieux de détention des personnes, qui regorgent de nombre important de détenus dans un même endroit.

Ces derniers jours, cette institution internationale de défense des Droits de l’homme a élaboré des recommandations pour les prisonniers dans les différents lieux de détention.

Ce samedi, Maître Thierno Souleymane Barry, avocat du Front National pour la Défense de la Constitution, après avoir expliqué le souhait de cette institution internationale a souligné l’interêt de cette mesure dans la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19 « Ils encouragent les États à élargir les détenus  qui sont dans certaines catégories. Ce sont les personnes qui sont enfin de leurs peines, les enfants, les femmes et également les personnes âgées. Il y a aussi les personnes qui ne sont pas condamnées et qui sont en attentes du jugement. C’est encore des personnes qui sont détenues pour des délits mineurs. Si vous enlevez l’ensemble de ces catégories là, vous voyez bien qu’il n’en reste pas grand monde au niveau de la prison. C’est ce qui va permettre d’avoir une certaines fluidité » Explique cet avocat

Il a également demandé à l’État guinéen d’accorder sa grâce aux différentes catégories de personnes indexées par cette institution internationale « Tout ce que nous pouvons faire, c’est un plaidoyer en direction du président de la république, à l’effet de prendre une grâce en faveur des détenus qui entrent dans la catégorie édictée par les directives des Nations-Unies. C’est à la fois une mesure d’ordre humanitaire mais également sanitaire. C’est notre souhait » Conclut-il.

Par Mamadou Sanoussy Diallo pour couleurguinee.info