Ce mardi 11 août 2020, Mory Doumbouya, le Ministre de la Justice Garde des Sceaux nommé le 19 juin a rendu visite aux détenus de la Maison Centrale de Conakry. Il a échangé avec quatre catégories de détenus : des mineurs, des femmes adultes et des étrangers. Il tenait à s’enquérir davantage de leur condition de détention en milieu carcéral.

Devant une quinzaine de jeunes mineurs détenus, le ministre Mory Doumbouya a décliné le but de cette visite. Il a souhaité entendre des détenus au sujet de les conditions de détention.

« Le but visé par cette visite, c’est démystifier l’univers carcéral. Je le disais tout récemment ici dans la conception occidentale moderne du procès pénal, la prison a cessé d’être un lieu de bannissement de l’individu et c’est la conception la plus admise par tous les défenseurs de droits humains. Ceux qui sont en face de nous sont en conflit avec la loi et ce sont des citoyens guinéens, des citoyens de l’espace Cedeao, soit de l’Union africaine(…) . Et en matière de détention, nous avons comme instructions, suivant les directives claires et orientations du président de la République, chef de l’Etat prof Alpha Condé, une mission claire, c’est de nous battre pour que le respect des droits humains soit une réalité et qu’il soit collé à l’action de la justice guinéenne. Et c’est à ce titre que nous venons à la maison centrale » a-t-il entonné.

Loin de faire de ces conventions internationales ratifiées de simples instruments ratifiés, le Ministre Mory Doumbouya s’engage dit-il fermement au respect scrupuleux des normes internationales.

« Nous nous engageons de lier le respect scrupuleux de ces normes nationales et internationales à l’action de la justice nationale. Le gouvernement guinéen n’a de soupçons contre personne, ni de réserves. Nous avons un système judiciaire indépendant. Seuls les juges ont la latitude de déclarer un individu coupable ou non coupable. » a-t-il conclu.

Le bâtonnier, le représentant du président de la cour d’appel de Conakry, le directeur national de l’administration pénitentiaire étaient tous présents à cette cérémonie.

Par Mamadou Alimou Diop pour couleurguinee