Dans une déclaration ce mardi à la Maison de la presse, des responsables d’antennes du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC)  ont dit qu’ils demandent des comptes à la coordination nationale. Ils menacent de boycotter la manifestation du 20 juillet s’ils ne sont pas entendus par le sommet de la pyramide.
Mamady Onivogui, coordinateur du mouvement Elazologa, exige le compte rendu des activités de la coordination nationale.


”Nous avons souhaité une redéfinition des objectifs et des nouvelles stratégies du FNDC en tenant compte du forcing du président Alpha Condé et des élections du 22 mars. Nous demandons plus de clarté dans le positionnement des leaders politiques de l’opposition ainsi que tous les autres leaders membres du FNDC afin que le mot d’ordre soit compris par tous de la même façon” dit-il

Le FNDC projette une manifestation le 20 juillet pour exiger le retrait de la nouvelle constitution. Mamady ONIVOGUI n’approuve pas cette démarche.
”La base ne voudra plus sortir si l’objectif de la manifestation n’est pas clairement définie par l’ensemble des leaders et que chacun de son côté donne une instruction à ses militants. Nous demandons aussi à la coordination du FNDC de surseoir à toute manifestation jusqu’à la clarification de la candidature du président Alpha Condé au congrès qui se tiendra début août”.

Accusés d’avoir perçu 700 millions de GNF pour déstabiliser le FNDC, ces jeunes se défendent

”Tous ceux qui se reconnaissent dans cette plate-forme n’ont jamais changé d’un iota d’engagement. C’est, entre autres, une des raisons de ne pas aller dans des polémiques stériles pour mettre fin à certaines allégations. Il appartient à l’accusateur de produire des preuves” martèle cet activiste.

Des observateurs avertis disent que ces jeunes frondeurs sont manipulés par le pouvoir. Ils constatent qu’ils ne font leurs sorties contre le FNDC qu’à l’approche de ses manifestations.

Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.info