« Nous disons notre inquiétude par rapport à la manifestation du 20 juillet. Nous ne sommes pas inquiets parce que nous avons peur du front. Mais, les conséquences que cela pourrait produire dans notre pays » propos ce vendredi de Sékou Nana Sylla, membre de la cellule de communication du RPG sur la question relative à la manifestation envisagée le 20 juillet prochain par le FNDC.Pour demander le départ du président Alpha Condé.

Ce responsable du parti au pouvoir prévient que les militants du RPG sont prêts à défendre le président au prix de leur vie tant que son mandat n’est pas achevé.

« Un président légitime et légal en fonction, vous demandez son départ ? Vous pensez que les militants du RPG arc-en-ciel, des guinéens qui ont élu le président Alpha Condé, vont laisser d’autres citoyens le renvoyer du palais Sékoutoureya. Ils vont marcher sur nous. Nous n’allons pas croiser les bras pour qu’un groupuscule illégal, assoiffé de pouvoir vienne nous remettre en cause l’ordre démocratique légitimement et légalement acquis » a-t-il indiqué

Il prévient l’opinion nationale et internationale

« Tout ce qui adviendra en Guinée dans ce sens là sera de la responsabilité de ces leaders. Aucune loi ne dit à une formation politique de sortir des gens pour chasser un président au pouvoir. Aucune loi de la république ne le stipule » dit-il

Sékou Nana Sylla a aussi réagi sur la contestation des  six commissaires de la Ceni qui disent trouver des anomalies sur le fichier devant conduire à l’élection présidentielle proposée par leur structure en octobre prochain. Pour lui, ce ne sont pas des commissaires, mais des militants de formations politiques

« On dit que la décision à la CENI se prend à la plénière. La majorité a décidé. Moi, j’interpelle l’institution judiciaire devant laquelle ils ont prêté serment, d’engager leur responsabilité. Parce que cette attitude, c’est de créer le trouble dans le pays » voit-il.

Autre sujet qu’il a abordé,  c’est le plagiat qu’a fait le président du parlement Amadou Damaro Camara sur le discours de feu Roi Hassan 2 du Maroc. Lors de la clôture de la session parlementaire la semaine dernière.

Sur la question, ce membre de la cellule de communication du Rpg arc en ciel voit simplement une intolérance dans le débat politique en Guinée. Pour lui, il y a des choses sérieuses à résoudre en Guinée que de s’attarder à ce qu’il appelle des spéculations.

«On ne trouve pas de plagiat. Feu le Roi Hassan 2 parle de changement constitutionnel. M. Damaro parle de changement constitutionnel. Si les faits se ressemblent, les présenter tel ou est le problème” se demande-t-il. “Au fait, nous sommes très intolérants dans le débat public en Guinée. Le discours de clôture ça apporte quoi dans le quotidien des Guinéens » a-t-il conclu.

               Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info