Le collège syndical de Electricité De Guinée annonce la reprise de sa grève sur toute l’étendue du territoire national à partir du 14 juillet 2020. Ce syndicat s’oppose, entre autres, au recrutement des directeurs généraux par le conseil d’administration.

Nommé ministre de l’Energie et de l’hydraulique le 19 juin dernier, Madame Bountouraby Yattara commence déjà à avoir du pain sur la planche. Le collège syndical de EDG annonce une grève illimitée à partir du 14 juillet 2020 sur toute l’étendue du territoire national. Ahmed Cissoko, le secrétaire général de ce syndicat dit les motifs

« Lorsqu’on a lancé le premier avis de grève, on s’est entretenu avec le ministre Cheick Taliby à l’époque. On s’était entendu. Le point phare était le recrutement des directeurs et des directeurs divisionnaires et les chefs de département au niveau national et international. On s’était opposé à cela parce que la loi ne le dit pas ainsi. La loi ne prévoit pas que le conseil d’administration peut recruter. Le conseil d’administration donne son avis après le choix du directeur. Le directeur général est choisi par le président de la République et les autres directeurs sont nommés par le directeur général. Mais, très malheureusement nous avons un conseil d’administration qui se taille la part du lion et qui pense qu’ils sont les faiseurs de loi » regrette-t-il.

Le conseil d’administration a procédé à la nomination des directeurs généraux du personnel en dehors de EDG . Chose qui irrite ce syndicat.

« Nous étions en pleine négociation, on a reçu le nouveau ministre avec enthousiasme. Mais, lorsque nous étions là-bas en train de négocier pour savoir comment finaliser le document, le directeur général a nommé les autres directeurs venu de nulle part. Tant que cette décision n’est pas annulée, on ira en grève, il n’y a pas d’autres choix » estime-t-il

Pour le secrétaire général du collège syndical de EDG, ils ne demandent pas de la mer à boire. Tout ce qu’ils veulent, c’est l’annulation pure et simple de cette décision du conseil d’administration qu’il trouve unilatérale.

« Le collège syndical de EDG ne compte pas faire marche arrière. Si jusqu’au mardi 14 juillet ces revendications ne sont pas prises en compte, c’est une grève générale et illimitée qui sera déclenchée sur tout le territoire national » prévient ce syndicaliste.

Ces syndicalistes disent qu’ils ne vont pas descendre dans les rues pour manifester. Mais, qu’ils vont couper le courant et s’il y a une panne quelque part, ils ne vont pas déléguer une équipe de dépannage

Par Aïssatou Diallo pour couleurguinee