Eli kamano condamné à six mois de prison assorti de sursis et au paiement d’un franc symbolique n’a pas dissimulé ses sentiments après la décision du tribunal : « C’est un sentiment de fierté. Je suis très content parce que, comme on l’a toujours clamé durant tout le long de ce procès, on ne se reprochait rien. » s’est réjoui le président du PGRD.

Il repousse en bloc cependant la condamnation d’Emmanuel Tonguino à 1 an de prison et au paiement de 1.000.000 de francs guinéens :

« Aujourd’hui, je suis à Nzérékoré avec mes codétenus. On a été libéré. Il y a un seul qui a été condamné à un an de prison, mais ça aussi, nous allons interjeter appel. Nous avons déjà contacté nos avocats. Nous restons à N’Zérékoré par rapport à lui. Nous avions prévu de repartir à Guéckédou aujourd’hui. Mais, à causer de lui, nous restons ici. Nous restons en contact avec les avocats, et nous suivrons ce que les avocats vont nous dire. Par rapport à lui, il y a une conférence de presse qui se tiendra avec nos avocats ce soir. Nous verrons avec les autorités ce qu’il y a lieu de faire par rapport à lui. En tout cas, c’est un élément important pour nous. Il est d’ailleurs la clé de toute cette histoire. » s’est indigné Eli Kamano.

Parlant de cette plainte qu’il avait portée contre madame Sata Diakité, l’artiste dit que la victoire est que le Makona revient à la population de Guéckédou et non à une propriété privée, et le patriarche doit être respecté :

« Ma première victoire Il faudrait que la fête de l’organisation de cette festivité du Makona revienne à nos parents de Guéckédou, et il faut que la manière dont le patriarche de N’Zérékoré est respecté, il faudrait que ça soit le même cas à Guéckédou. C’est ça notre combat et on a gagné. » s’est réjoui l’artiste cet après midi à N’Zérékoré

                                                                                                Par Jean François Mamy pour couleurguinee 

Facebook Comments