Le collectif des jeunes leaders pour la paix à Nzérékoré dans une déclaration lue ce mardi, 31 mars

2020 à la préfecture, condamne les violences perpétrées dans la  la capitale de la région forestière le jour du double scrutin législatif et référendaire. Ils imputent la responsabilité de cette violence à politiciens véreux, tapis dans l’ombre.

Selon eux ce sont les politiciens qui ont manipulé les deux communautés (Konia et kpèlès).

Ci-dessous la déclaration :

 

 Jean François Mamy pour couleurguinee.info