Les habitants de la préfecture de N’Zérékoré ne semblent pas prendre au sérieux les dangers liés à coronavirus. Ce mercredi, jour du marché hebdomadaire, le marché central refoulait du monde. Les mesures sanitaires édictées par le gouvernement à travers l’agence nationale de sécurité sanitaire sont foulées au sol par plusieurs citoyens qui sont allés faire des achats.

Pour ce citoyen, cette maladie, c’est de la politique et cette maladie est faite pour les Blancs :« Moi, je ne crois pas à l’existence de cette maladie car c’était comme ça au temps d’Ebola. Moi, quand je finis de saluer quelqu’un, je me lave pas les mains, car la salutation est notre tradition, on ne peut pas oublier comme ça. Cette maladie, comme on entend à la radio, c’est seulement pour les Blancs. Nous ici, en buvant de l’alcool fabriqué au Liberia, on ne peut pas attraper cette maladie.» a indiqué un citoyen

Un autre d’enchaîner : «Pour moi, cette maladie existe car nous entendons à la radio comment les gens sont en train de trouver la mort suite à cette maladie. Mais, ici au marché, on ne peut pas faire quelque chose parce que plusieurs personnes viennent faire des achats, il y a beaucoup de monde. Je demande aux autorités de nous venir en aide pour régulariser le marché car il y a certains qui ne veulent pas se laver les mains. Ils refusent de respecter les mètres indiqués » a dit monsieur Amadou Barry commerçant au grand marché

Pour l’heure, aucun cas n’a été signalé à N’Zérékoré. Mais, malgré la sensibilisation par plusieurs ONG et les médias sur ce danger, la plupart des citoyens refusent de respecter les barrières sanitaires.

                                                                                                Par Jean François Mamy pour couleurguinee