L’association Guinée culture et les éditions L’Harmattan Guinée, en soutien aux auteurs et à la création, lancent un appel à l’écriture de textes sur coronavirus. Le lancement a eu lieu ce mardi 30 juin au jardin du 2 octobre dans la commune de Kaloum.

Sansy Kaba Diakité, le directeur des éditions L’Harmattan a fixé les contours de ce concours.

« C’est une manière des professionnels de l’écriture de s’associer à la lutte contre le coronavirus. Je voudrais dire que tout ce qui n’est pas raconté sera oublié et tout ce qui est oublié c’est comme si cela n’a pas existé. Donc, nous voulons profiter de cette situation exceptionnelle pour écrire un ouvrage, mais pas seul. Avec des soignants, avec des personnes guéries, des journalistes, des spécialistes pour qu’on puisse exprimer l’expérience guinéenne en matière de lutte contre la Covid-19 » dit-il

La sélection sera très difficile prévient le directeur de l’Harmattan Guinée

« Déjà, on a une vingtaine de textes arrivés. L’ouverture solennelle, c’est le 1er juillet et le concours va durer pendant tout le mois de juillet. Pour tous ceux qui souhaiteraient participer, ils peuvent envoyer les textes à l’adresse mail des éditions L’Harmattan à harmattanguinee@yaho.fr .

Les textes seront sélectionnés par un comité de jury et ce comité de jury sera présidé par le représentant de l’OMS en Guinée monsieur Alfred Georges Kizerbo, et les meilleurs textes seront sélectionnés, récompensés, édités, et diffusés par tout dans le monde » annonce-t-il

Le thème choisi c’est la COVID. Tous les genres littéraires sont admis. La qualité de l’orthographe et du texte sera pris en compte. Le texte ne doit pas dépasser 8 pages parce que c’est pour un document collectif. La finalité, c’est d’éditer un livre pour raconter ce que les Guinéens ont vécu dans cette période de pandémie. Donc, l’objectif, c’est d’avoir plusieurs expériences et récits dans un même ouvrage. Ajoute-t-il.

Il faut rappeler que cet événement a pris fin par la remise des prix aux trois jeunes écrivains guinéens 2020, par Barbara Sow, la représente de l’UNFP, monsieur Diallo de l’UNESCO et Alfred Georges Kizerbo de l’OMS.

Par Aïssatou Diallo pour couleurguinee 

Facebook Comments