« Vraiment l’odeur là nous fatigue ici. Mais comment faire ? » se lamente une citoyenne du quartier Dar-es-Salam. Depuis quelques jours, une odeur nauséabonde envahit le quartier. Une gamme importante de poulets pourris a été déversée au niveau du dépotoir. Une situation qui suscite des commentaires. Les habitants de ce quartier se disent inquiets et alertent les autorités.

« Les autorités doivent interpeller ces gens là » a lâché dans la foulée une dame très en colère contre cet état de fait.

En dépit de ces odeurs nauséabondes, certains trouvent que c’est une aubaine, témoigne Ibrahima Diallo, habitant de ce quartier. Ce citoyen est conscient de la situation précaire des habitants vivant dans cette partie de Conakry, mais ne voit aucune raison qui justifie leur ravitaillement sur cette décharge de fortune.

« C’est vrai que la pauvreté nous domine tous ici. Le pauvre aime la viande mais il faut manger celle qui est saine. Mais, prendre ces aliments pourris là, les manger ou les mettre dans le marché ce n’est pas une bonne chose. C’est créer d’autres maladies. Et vous savez actuellement, il y a le coronavirus chez nous » rappelle-t-il

Cet autre déplore cette situation. Mais, tout de même impute la responsabilité à l’Etat « ce que les gens là font n’est pas du tout bon. Quand on jette quelque chose, c’est que ce n’est pas bon. Pourquoi prendre ça pour manger ou vendre. Mais moi, c’est le gouvernement que j’accuse. C’est une faiblesse de sa part. Sinon, il devrait creuser par exemple des trous dans ce dépotoir et mettre ces poulets dedans. Mais, jeter ça ici à ciel ouvert. Forcément, les gens viendront prendre. Un affamé ne connaît pas l’avarie » a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, les ministres du commerce et celui de l’élevage se rejettent la responsabilité.

Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.info