Le parti Union des Démocrates pour la Reconnaissance de la Guinée (UDRG) ne participera pas à la présidentielle du 18 octobre. C’est ce qu’a fait savoir ce jeudi Bah Oury, le président de cette formation politique. Le fichier électoral, la possible candidature du président Alpha Condé, le changement de la Constitution sont autres raisons évoquées par cet opposant pour justifier cette décision

Après la tenue du référendum anticonstitutionnel du 22 mars 2020, un autre texte différent de celui qui était proposé a été promulgué comme étant la Constitution de la Guinée. Cette falsification opérée au vu et au su de tout le monde entraîne la nullité juridique du texte promulgué. La Guinée se retrouve devant un vide juridique qui entraîne de faite la nullité sur le plan juridique, législatif et judiciaire de tous les actes gouvernementaux a fait remarquer Bah Oury.

Et de poursuivre « A la lumière de ces développements inédits dans l’histoire des Etats modernes, le retour à un ordre constitutionnel normal se pose. Par conséquent, l’instauration d’une transition politique par la restauration de l’ordre constitutionnel s’impose ici et maintenant » estime Bah Oury

Par rapport au processus électoral, il a sa lecture des faits : « Le fichier électoral est notamment corrompu, les auditeurs de la CEDEAO et de l’OIF l’avaient déjà attesté : sur un corps électoral d’environ 7,3 millions d’électeurs, 2,5 millions ne disposent pas de pièces justificatives en violations flagrantes du code électoral. Il a été aussi décelé que 2,1 millions ne disposent que d’une seule attestation délivrée par les chefs de quartier pour justifier leur présence. Et l’enrôlement, il est évident que les mineurs recensés l’ont été par cette procédure. Ce fichier ne peut pas servir pour l’organisation d’une élection tant soit peu crédible dont les résultats sont acceptables. L’utilisation de ce fichier est une atteinte grave au droit de vote reconnu à tous les citoyens guinéens. Son caractère discriminatoire à l’égard des citoyens guinéens résident à l’étranger est également un autre facteur aggravant et clivant des dysfonctionnements de la société guinéenne » a asséné ce leader

Sa conclusion ? « Nous nous sommes pas ici pour donner des leçons à qui que ce soit. Chaque parti et chaque leader politique agissent en fonction de leurs intimes convictions et de leurs intérêts. Au niveau de l’Udrg, nous restons fidèles à nos engagements que nous avons largement explicités ces derniers mois. Participer à cette élection, ce serait un reniement de nos valeurs et une trahison de la cause pour laquelle nous nous sommes investies depuis notre prime jeunesse »

Pour finir, Bah Oury demande aux différents acteurs politiques sociaux économiques et militaires de la Guinée d’œuvrer pour la pérennisation et le respect des principes de la démocratie afin d’éviter tout quiproquo en Guinée

Par  Emile Touré pour couleurguinee.info