L’opposant Bah Oury, le président du parti Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG) condamne la démarche de ses collègues de l’opposition qui sont allés à l’élection présidentielle prochaine. Il estime que le contexte actuel n’est pas propice à une telle option.

« Participer à l’élection présidentielle, dans un contexte aussi trouble et aussi néfaste par les institutions républicaines trace la ligne de démarcation. Donc indépendamment de ceux et de celles qui vont ou qui ne vont pas, la ligne de démarcation est tracée aujourd’hui » dit-il

De poursuivre « Quelqu’un qui vous gifle une fois, deux fois, qui donne un coup de pied à votre fils pour dire je ferai ce que je veux ici et puis après il fait ce qu’il veut et vous l’accompagner dans ce qu’il veut. Cela veut dire que vous n’aimez pas votre fils et vous le mettez en danger. Parce que quelqu’un d’autres pourra venir demain et refaire la même chose… » présume Bah Oury.

Cet opposant énumère quelques raisons qui devraient selon lui permettre à ceux-ci de s’abstenir.

« Pourquoi il ne faut pas aller à ces élections ? Parce que ce serait renforcer l’impunité  dans ce pays. Renforcer la culture de la violence, du mensonge, renforcer le mépris vis-à-vis des populations. Ça c’est au point de vue moral.  Au point de vue institutionnelle vous êtes dans un pays qui n’a pas de constitution valide. Une constitution c’est quoi d’abord ? Il faut que cette constitution fasse l’objet d’une présentation la plus officielle à l’ensemble de la communauté Nationale et par des moyens électoraux que le peuple se prononce autour de cette constitution. Ce qui n’a pas été le cas en l’espèce… Si tu te heurtes une fois à un obstacle, tu fais attention.  La deuxième fois, si tu viens te heurter encore une deuxième fois au même obstacle, une troisième fois, c’est que tu l’a fait exprès » lance-t-il

Bah Oury accuse le pouvoir de Conakry de vouvoir  prospérer dans la négation des lois de la République.

« Donc ceci dit heureusement, personnellement je n’ai jamais été d’accord avec ce schéma. Je n’ai jamais partagé ce processus et grâce à Dieu aujourd’hui ce que j’avais dit  y a 10 ans, 5 ans est en train de se réaliser sur le terrain » pense-t-il

        Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info