L’UFDG a fait un mauvais choix, celui d’aller à l’élection présidentielle d’octobre prochain. C’est ce que soutient l’opposant Docteur Faya Millimono Président du parti Bloc Libéral.  Il déclare qu’il ne juge pas la démarche du leader de déloyauté mais estime que ce n’est pas un bon choix.

« Je ne dis pas que le parti a trahi l’esprit du FNDC. Sauf que c’est un mauvais choix qui a été fait parce que effectivement ceux qui ne sont pas dans ce monde aujourd’hui, il y en a plus de 100 et n’oublions pas qu’il y a un charnier à N’Zérékoré dont on doit encore chercher à savoir ils sont combien. Ils sont enfuis. N’oublions pas qu’il y a encore 43 messieurs, arrêtés, kidnappés, je dirais, même déportés à Kankan qui sont en train d’être détenus dans des conditions inhumaines. Tous ces gens-là, ils ont répondu à l’appel du FNDC dont l’UFDG est membre, dont le PADES est membre… Nous aurions pu poursuivre le combat jusqu’à effectivement la fin de cette forfaiture » estime-t-il

Cet opposant indique que si l’opposition s’en sort victorieuse à cette élection, ce serait tant mieux.

« Nous ne serons pas mécontents si quelqu’un de l’opposition gagne ces élections, mais gardons nous de comparer la Guinée au Sénégal ou à la Gambie. Parce qu’au Sénégal quelqu’un a organisé les élections, il les a perdues. Le Sénégal est un pays qui a un État. Ici on a à faire à un parti État » dit-il.

Tout parti membre du FNDC qui part à cette élection s’auto-exclu du mouvement entonne souvent Sékou Koundounou le chargé des stratégies front. Pour Faya Millimono  aussi membre du comité de pilotage du FNDC, le nécessaire c’est de se consacrer à la lutte.

« Ce que je vais conseiller les collègues, c’est de ne pas perdre une minute de notre temps à jeter la pierre à ceux qui ont choisi d’aller à cette élection. Concentrons-nous… » Suggère-t-il.

Le numéro 1 du Bloc Libéral révèle qu’il a été informé par Cellou Dalein que son parti en majorité a choisi d’aller à ces élections. Pour sa part, il dit l’avoir répondu par la négation.

« Pour moi, le débat a été très serré. Mais, ce que nous avons compris à travers ce qui est sorti du sondage que nous avons fait, c’est que la base est en phase avec la tête de ce parti politique…ce n’est pas une décision à prendre je l’avoue. Et donc je sais qu’il a passé des nuits blanches avant d’y arriver » présume cet opposant.

         Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info