De la France où il est en séjour, l’opposant Sidya Touré le président du parti UFR a dit ce qu’il pense de la campagne électorale pour la présidentielle du 18 octobre. Il estime qu’il n’y a aucun engouement pour cette confrontation électorale

« C’est un sentiment vraiment de désespérance pour notre pays. Vous avez vu cette prétendue campagne du RPG où on n’arrive pas à réunir 100 personnes. Vous avez vu un peu l’ambiance qu’il y a. Peut-être qu’ils attendent que les opposants rentrent. En tout cas, c’est assez pitoyable. Et pour ne rien ajouter encore, on entend Alpha Condé en train d’exciter les communautés les unes contre les autres. Demander aux gens de Siguiri qu’il a les mains derrière le dos pour demander pardon »  se moque-t-il.

L’UFR s’est abstenue de participer à ce scrutin et n’a donné aucune consigne de vote à ses militants. Sidya Touré revient sur les raisons

« C’est la position du FNDC. Moi, je suis conforme à ce sur quoi nous sommes convenus et ce pourquoi nous nous sommes battus. Donc, je ne vois pas comment quelqu’un peut se lever pour me le reprocher. Ça n’a pas de sens » indique-t-il

Le numéro 1 de l’UFR a aussi abordé la manifestation du FNDC programmée le 29 septembre. Il a réitéré sa fermeté face à un mandat successif du président Condé.

« Ce type n’a pas envie de quitter le pouvoir parce qu’il ne sait même pas où aller. Il n’a pas une seule maison en Guinée nulle part. Nous ne changeons pas. Nous appelons à des manifestations pacifiques cette fois ci mais c’est pour renouer après avec d’autres manifestations si on nous interdit de sortir dans la rue alors que le pouvoir en place se repend un peu partout avec les routes qui ne fonctionnent pas » déplore-t-il

Sidya Touré pense qu’il n’y aura jamais d’élections crédibles en Guinée avec le régime en place dans la mesure où dit-il les institutions sont à la charge du président.

« Un vote avec Alpha n’est jamais transparent. Alpha Condé n’a jamais gagné d’élections en Guinée. En 2010, au premier tour, il a triché, au second tour, il a triché. Quel que soit ce qu’on va rajouter sur ça, il a le contrôle du fichier, il a le contrôle de la Ceni, de la Cour constitutionnelle. La survie de la Guinée c’est avec le départ de ce Monsieur » martèle cet opposant.

           Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info