Thierno Aliou Barry communément appelé « Moungam » a fait ses études primaires à Hoggo Bouro où il a réussi à son examen d’entrée en 7ème Année et inscrit au collège de Tyindel.

Très tôt passionné du ballon rond, il a fini par abandonner les études et se consacrer uniquement au football. Très doué, il réussit à émerveiller plus d’un par ses dribbles déroutants et son sens de placement.

C’est ainsi qu’il a été repéré par un administrateur qui lui proposa un contrat « C’est Mounir Camara, à l’époque Gouverneur de Tougué qui m’a proposé de venir jouer pour son équipe. C’est ainsi, qu’à l’occasion de la Coupe nationale en 1979, j’ai réussi avec mes camarades à finir 3ème avec l’équipe de Tougué. On devait aller représenter la Guinée dans les compétitions internationales. C’est après ce tournoi que j’ai été sélectionné dans l’équipe du Syli junior, logé à Komadanya. Ma première sortie avec le Syli junior était pour le  Togo. J’ai rejoint ensuite le Syli senior où j’ai totalisé 22 sélections. J’ai été donc titulaire au poste d’avant-centre. Cependant, avec le Horoya j’ai joué au poste d’ailier (gauche ou droit) ou milieu offensif. Mes dossards ont été les 7 et 11. Le grand souvenir que je garde est le trophée que j’ai remporté avec le Horoya contre la Sierra Léone que nous sommes venus remettre au président feu Général Lansana Conté et le voyage que j’ai effectué au Koweït avec le Syli senior. Ce fut mon tout dernier voyage » Se rappelle ‘’Moungam’’

De ses relations actuelles avec le Département des sports et de son ancien club, Thierno Aliou affirme « Il n’y a aucune relation avec le Ministère des sports et mon ancien club. J’ai seulement adhéré à l’Association des anciens internationaux où, je m’acquittais régulièrement de mes cotisations et participais aux réunions. Mais, je suis complètement découragé surtout du fait, que nous avions été ignorés lors du recrutement au sein de la fonction publique. Il y a eu de la discrimination dans ce recrutement, pendant que nous avions tous les dossiers au complet. C’est très dommage pour ce pays qui ignore ses gloires » Regrette Thierno Aliou.

A savoir comment il est arrivé à ce nouveau métier de vulcanisateur, il répond « Après ma carrière de footballeur, je suis resté longtemps  au chômage. Je suis allé à tenter une expérience avec l’équipe de Banankoro, mais ça n’a pas marché. J’ai décidé de revenir à Conakry, j’ai démarché auprès du ministère des sports sans succès et pour ne pas rester comme ça, je suis venu répondre à l’invitation d’un parent qui m’a approché pour m’initier à ce travail. C’est comme ça que je me suis retrouvé dans cette activité » A-t-il expliqué.

Des avantages accordés aux anciennes gloires, Moungam dira « Ils ont dit que ce sont les anciens joueurs de Hafia 77 qui sont des anciennes gloires puisque ce sont eux qui ont remporté 3fois la coupe d’Afrique. Nous aussi on a mouillé le maillot pour la nation, on devait être parmi les anciennes gloires mais, je ne comprends pas. Heureusement Aboubacar Titi Camara nous défend, il a dit que ce ne sont seulement ceux qui ont remporté des trophées qui sont des anciennes gloires. Il y en a d’autres. On est nombreux ici, nous qui avons porté les couleurs nationales. Moi qu’à même je peux dire Dieu merci, parce que je me débrouille ici, il y a de nos camarades, à les voir vous pensez que ce sont des fous. Ils sont la, nombreux même » Déplore cette gloire oubliée.

Thierno Aliou Barry demande à l’Etat de venir au secours des anciens joueurs de l’équipe nationale « Je veux que l’Etat nous vienne en aide. En tout cas nous sommes là, je ne suis pas le seul. Qu’il nous vienne en aide, on a abandonné nos études à cause du football et on s’est vraiment battu pour cette équipe nationale »

Au nombre de ses admirateurs, des hommes politiques et autres cadres qui tous reconnaissent le talent de cette gloire abandonnée « Le grand Thierno Aliou « Moungam » fut une icône du foot et un talent spécial pour nous les jeunes de Labé. Malheureusement voilà ce qu’il est devenu après sa carrière de footballeur talentueux. C’est aussi cela la Guinée MODEL » A confié Aliou Bah, président du Parti MoDel

Quant à cet autre camarade d’enfance et admirateur de Thierno Aliou au quartier Mairie de Labé « Je suis désolé pour cet homme que j’ai vu à l’œuvre à Labé. Nous habitions dans le quartier Mairie. Nous sympathisions des fois. C’est si seulement son époque avait coïncidé au présent que nous vivons, je le verrais remplacer le Footballeur Français, Franc Ribbery au Bayern de Munich dans le même registre. Il était un excellent ailier droit dont les centres-shoot étaient millimétrés » A témoigné Lamine Touré.

Par Mamadou Baïlo Diaguissa Sow pour couleurguinee.info

Facebook Comments