35,59 %, c’est le taux d’admission au BEPC cette année sur toute l’étendue du territoire National. Mais, l’enfant malheureux de ces résultats, c’est la préfecture de Koubia. Qui pointe avec zéro admis. Un chiffre qui crée la zizanie entre élèves, parents d’élèves et autorités de cette préfecture.

Fara Kamano, le Directeur préfectoral de l’éducation de Koubia est menacé. Des parents d’élevés qui n’ont pas les langues dans la poche demandent qu’on le chasse carrément et sans sommation. Ce commis du système éducatif est perçu comme l’artisan de ces échecs massifs. Il est en sursis

Pour sauver ce cadre, l’administration préfectorale a publiquement contesté ces résultats. Le Préfet a annoncé qu’ils vont former une délégation qui va rallier la ville de Labé. Pour demander des comptes aux responsables.

« Le préfet s’est saisi du dossier et il a appelé l’inspecteur. Il a exprimé son mécontentement. Donc le préfet doit composer une mission au niveau de l’IRE pour aller vérifier depuis la correction jusqu’au relevé des notes pour voir si réellement les élèves de Koubia, aucun n’a fournis des efforts qui nous permettent d’être parmi les méritants. Donc nous sommes à ce niveau » a dit Fara Kamano

«  Ils veulent savoir la réalité. Est-ce que ce sont les élèves qui n’ont pas assimilé le programme ? Parce que tous ces élèves ne sont pas mauvais. Il y a au moins une poignée d’élèves qui travaillent qui pouvaient mériter l’admission. Surtout que justice soit faite. Ils veulent comprendre pourquoi zéro admis. Mais, si ces parents demandent mon départ et si ce départ est nécessaire, je n’ai pas à m’opposer. Mais moi, je suis venu ici, je suis en mission du gouvernement, du département. Il faudrait bien que les raisons du départ soient motivées. Ceux qui demandent mon départ devaient d’abord comprendre est-ce que c’est ma faute, ce zéro admis. Voir où se situe la faute. Parce que le départ n’est pas la solution. Il faut que les enfants apprennent » plaide-t-il sa cause.

Koubia, une petite agglomération nichée en altitude au Foutah Djallon n’a pas enregistré de grandes perturbations politiques comparée à Lelouma, le Préfecture voisine. Comment tous les candidats ont chaviré au brevet ? La question mérite une réponse claire et précise soutiennent des parents d’élèves de Koubia.

Par Abdul Karim Barry Pour couleurguinee.info

 

 

 

Facebook Comments