Le calendrier pour la présidentielle proposé par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) fait les choux gras de la scène politique. L’institution en charge des élections en Guinée se propose d’assainir le fichier électoral, tant décrié, en l’espace de 15 jours.

Mamadou Bah Baadikko, président du parti Union des Forces Démocratiques (UFD) ne fait pas mystère de sa préoccupation. Il redoute un fichier pollué pour la présidentielle 2020. Avant d’aller à une élection aussi importante, le numéro 1 de l’UFD estime qu’il ne faut pas brûler des étapes. Qu’il faut prendre le temps de faire un bon fichier électoral.

« Si on veut corriger ce fichier électoral qui est extrêmement contesté et contestable, ce n’est pas en deux jours qu’on pourra le corriger. Donc, on ne le fera que pour la pire forme. Ce qui n’est pas du tout admissible. Et ce n’est pas une bonne chose. Puisque ça ne fait que nous créé d’autres problèmes. Et nous amener à des élections qui ne sont ni libres, ni honnêtes, ni transparentes». Prévient cet opposant.

Dans des émissions locales, le président du parti UFD a laissé entendre son intention d’aller à la présidentielle. C’est pourquoi, il milite pour un bon fichier électoral qui donne les mêmes chances à tous les candidats au fauteuil présidentiel

Les opposants veulent d’un scrutin sans le président Condé. Alors qu’avec la donne actuelle, tout porte à croire que ce dernier affûte ses stratégies pour aller à un troisième mandat.

Par Mamady Cherif pour couleurguinee.info