Les statistiques du fichier électoral guinéen pour l’élection présidentielle ont été rendues publiques par la commission électorale nationale indépendante CENI. Des statistiques qui suscitent des réactions au sein du principal parti d’opposition l’UFDG. Aliou Condé, le Secrétaire général, chargé des questions électorales estime que ces 5 millions 400 mille électeurs rapportés sont dans la proportion normale. Mais, il reproche à l’institution la non identification des électeurs et le non affichage des listes.

« Il est bon que ce fichier soit étalé au grand jour pour que chacun voit ce qu’il représente réellement. La loi même dit qu’une fois qu’on a fini d’établir le fichier, il y a l’article 30 de la loi électorale qui dit qu’il faut afficher le fichier pour le contrôle des inscriptions. Quand on me dit qu’il y a 200 mille électeurs à Mandiana, il est bon que ce fichier soit affiché pour que tous les citoyens de Mandiana se rendent compte si c’est vrai ou faux. Deuxièmement, s’ils sont bien inscrits, s’il n’y a pas d’erreurs. Donc, à partir du moment où la Ceni ne fait que des déclarations et refuse d’être contrôlée, elle devient déjà suspecte » pense ce politique.

Aliou Condé a aussi dénoncé les modifications qu’a subies ce fichier.

« De 7 millions 500, on est à 5 millions 400. Donc, il y a des altérations profondes. Il faut qu’on affiche. Si on dit qu’il y a 1000 personnes. Qui sont-ils ? » s’interroge-t-il

Ce responsable des questions électorales de l’UFDG accuse le pouvoir de Conakry de cravacher depuis 2010 pour convertir le fichier électoral

« L’exemple de Mandiana qui, en 2010 était à 84 mille électeurs qui, aujourd’hui est à plus de 200 mille électeurs. En 10 ans, qu’est-ce qui s’est passé. D’où vient cette population de Mandiana ? » se demande-t-il

L’autre aspect évoqué par ce politique, c’est le rapport d’audit qu’a fait la Cedeao qui selon lui jusque là n’est pas disponible

« Elle est venue faire un audit mais où est le rapport de l’audit ? La Ceni vient décliner des chiffres, mais on ne peut pas croire à ces chiffres. Ça, c’est une anomalie grossière et une tentative de fraudes de dissimulation d’un recensement biaisé » dénonce-t-il

Aliou Condé martèle que cette fois-ci, la tentative de fraude que le pouvoir a l’habitude d’utiliser va être démasquée

« Malgré qu’ils ont donné la priorité à cette région ( Kankan), le travail qu’il y a à faire, c’est comment surveiller les urnes… Nous n’avons pas d’inquiétudes, mais nous dénonçons: la Ceni a mal travaillé et elle a escamoté le travail en ne voulant pas afficher les listes. Mais, on va combattre mètre carré par mètre carré, on ne laissera rien. La dernière parole appartiendra au peuple de Guinée qui ne veut plus d’un troisième mandat » conclut-il

       Par Abdul Karim Barry pour couleurguinee.info

Facebook Comments