Depuis la tenue des élections législatives et référendaires le dimanche 22 mars 2020, la ville de N’Zérékoré située à un peu plus de 900 kilomètres de la capitale guinéenne Conakry était dans une violence qui ne dit pas son nom. Ce jeudi, un calme précaire règne. Le commerce reprend peu à peu. Les stations services aussi. Les citoyens sortent un peu après les folles journées d’hier et avant hier.

Paul Sakovogui journaliste et habitant dans la ville de N’Zérékoré revient sur les faits.
« Ce matin, la ville est calme, après plusieurs jours de couvre-feu, les activités commencent à reprendre peu à peu, le grand marché et certaines boutiques, magasins et les stations-services sont ouverts.C’est depuis hier que les femmes ont commencé à sortir pour aller chercher des condiments pour la préparation, malgré que les marchés étaient fermés. Ce matin la circulation a repris, mais pas totalement, et le calme est revenu.»

Il revient sur le bilan et la cause de ces violences dans cette ville cosmopolite.
« On parle un peu du bilan, qui est un peu difficile parce que les autorités refusent de communiqué, mais pour revenir sur ce problème, tout a commencé le dimanche dans l’après midi, parce qu’avant cela tout allait bien, mais il y a eu un retard au niveau de l’ouverture des bureaux de vote et ce retard a découragé certains citoyens qui sont dans les quartiers de la ville, les gens ont commencé à incendier certains bureaux de vote et c’est vers 14 heures que les échauffourées ont commencé dans certains quartiers où beaucoup de kits électoraux ont été incendiés.

Apres avoir incendié ces bureaux de vote, les opposants et les partisans ont commencé à s’attaquer et c’est ainsi que les violences ont commencé.»

A rappeler que, certaines familles ont commencé á enterrer les personnes mortes au cours de ces affrontements.

Par Mamadou Yaya Bah pour couleurguinee