Un jeune d’une trentaine d’année a tenté d’assassiner un taxi motard à cause de son engin, dans la sous-préfecture de Bounouma, préfecture de N’Zérékoré. Le fait s’est déroulé dans la journée du lundi 30 mars 2020. Cette localité est située à 15 Kilomètres de la Commune urbaine.

Le jeune Fofana a déplacé le motard Moussa Camara pour le village non loin de Bounouma, et au milieu de la route il a dit au motard de garer, qu’il veut prendre quelque chose dans son bagage, lorsque le jeune arrêta la moto, il sorti son couteau et lui fît une entaille à la gorge puis s’est enfui avec la moto.

Cette information a été confirmée par le maire de la commune rurale de Bounouma : « C’est entre 11 heure et 12 heure que j’ai été informé au téléphone par un citoyen, me disant qu’il y a quelqu’un qui a tenté d’assassiner un taxi motard en provenance de N’Zérékoré. Immédiatement j’ai alerté la gendarmerie et la police et nous nous sommes rendus sur les lieux.

Effectivement, nous avions vu la victime avec une entaille à la gorge, et totalement inconscient, c’est en ce moment que nous l’avions évacué d’urgence à l’hôpital régional de N’Zérékoré. Sur les lieux, j’ai alerté tous les villages environnants pour chercher le coupable et il fut arrêté et transféré à la maison centrale de Nzérékoré.» nous a expliqué le maire de la commune rurale monsieur Ouo Vieux Mamy.

Les jeunes de Bounouma et ceux des villages voisins se sont levés pour lyncher le mis-en cause mais grâce à l’intervention des autorités sous-préfectorales, communales et villageoises ,il a eu la vie sauve.
«Vous saviez que nous sommes dans une période très fragile où les gens sont très sensibles et si nous n’avions pas pris le devant pour chercher le coupable et le protéger, on aurait dit qu’il a un mouvement à Bounouma.» a laissé entendre le maire.

“Les autorités à tous les niveaux demandent aux jeunes de cette sous-préfecture de garder le sang-froid et ne pas céder à la panique, car Bounouma n’a jamais connu un tel cas, et qu’à Bounouma nous ne voulons pas qu’une seule goûte de sang de quiconque coule sur le sol” a ajouté le Maire. Il faut rappeler que le mis-en cause est, dit-on, un habitué des faits. Mais pour l’heure, la vie de la victime n’est pas en danger.

       Par Jean François Mamy pour couleurguinée.