Actu

Sékou Koundouno menace : « dans les jours qui suivent tous les cas de blessés ou de morts qui seront interdits dans les hôpitaux publiques, la main sur le coran, le fndc traduira les responsables devant les juridictions internationales »

single-image

L’admission des derniers blessés ou morts lors des manifestations appelées par le front national pour la défense de la constitution a été refusée par les hôpitaux publics et certaines cliniques privées.
Face à cette situation qui déshonore la Guinée, le front national pour la défense de la constitution a animé une conférence de presse ce mardi 18 février pour dénoncer le refus des structures sanitaires de recevoir des victimes de la répression policière.
La maison commune des journalistes a servi de cadre à cette rencontre.
Sékou Koundouno, chargé de la planification et stratégie au sein n’a pas été tendre avec les responsables des deux structures sanitaires publiques à savoir l’hôpital Donka et Ignace Deen.
Il estime que si dans un État les structures sanitaires composées des médecins, infirmières et docteurs d’état qui ont prêté serment rentrent dans le militantisme ou se mettent à la solde du prince et de son clan mafieux, c’est parce qu’ils ont perdu le repère : « A Docteur Mohamed Awada et à madame Fatou Siké Camara, si réellement vous êtes à la solde de Mr. Alpha Condé, que les prochains blessés ou des morts du fndc ne puissent pas être reçus dans les hôpitaux, vous verrez le fndc de vive voix. Vous nous direz si ces hôpitaux sont des propriétés privées du Gouvernement actuel » martèle t-il
Il affirme qu’il est inacceptable que des cadres  véreux, qui n’ont aucun respect de leur serment puissent violer la déontologie médicale, Koundouno hausse le ton :
« dans les jours qui suivent tous les cas de blessés ou de morts qui seront interdits dans les hôpitaux publiques, la main sur le coran, le fndc traduira les responsables devant les juridictions internationales » menace t-il .
Les membres du fndc ont fait savoir  que certains médecins qui assistent les blessés lors des manifestations sont menacés de mort par les autorités publiques,  il y a le cas de Docteur Bella parce qu’il apporte une assistance aux blessés renchérit Ibrahima Diallo chargé des opérations.
À toutes les familles, Sékou Koundouno au nom de la coordination,  leur lance un appel «à tous les citoyens, familles, qui auront des blessés ou morts, on ne le souhaite pas, qu’ils les conduisent dans les hôpitaux publics et cliniques, ils seront reçus et quiconque refusera un blessé le fndc s’occupera de lui pour le reste de sa vie ».

Par Kadiatou Baldé pour couleurguinee.info

 

 

 

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes