Le département en charge de la culture, des sports et du patrimoine historique a animé une conférence de presse ce mercredi 4 juin, au stade feu Général Lansana Conté de Nongo. Objectif : évoqué la situation de la prise en charge des légendes du sport et de la culture et des anciennes gloires de la Nation

Le conseiller du ministère Molota Camara a, d’entrée, énuméré la politique du gouvernement.

« Il y a actuellement une loi qui est en étude à l’Assemblée nationale qui concerne la promotion du sport dans notre pays. L’arrêté conjoint du 27 mai 2020 vise à reconnaître nos légendes qui sont encore vivantes. Actuellement, toutes les équipes nationales qui se déplacent à l’étranger bénéficient des avantages alors qu’avant nos gloires jouaient pour le peuple et Dieu. L’historique de l’acte n’est qu’une suite logique dans l’ordre, il y a plusieurs années, le département s’est mise en œuvre pour la résolution des politiques sportives et culturelles. Depuis l’avènement de la 3e république, les sportifs ont le même privilège que les cadres du ministère, suite à cela le président a demandé une amélioration de leurs conditions de vie. » A-t-il affirmé

Quant au directeur national des sports et des activités physique Lancinet Kabassan Keita, il a fait le bilan du sportif guinéen.

« L’arrêté porte sur les indemnités qui concernent les anciens artistes de l’ensemble artistique nationaux et ceux vivants du Hafia 77. Ces mesures dans le domaine du sport concernent le Hafia. En face, le Hafia FC, en 6 ans, a joué 5 finales, a remporté 3 coupes. Il reflète le bilan sportif guinéen. Le Hafia FC a été un facteur de réconciliation entre la Guinée et le Sénégal et la Côte d’ivoire. Le club a représenté la sous-région en 1979 à Abidjan face à l’AS Saint Etienne et invité à la fête de l’indépendance de la Sierra Leone. Et il est en création sous ma direction d’une section de la reconversion socio-professionnelle des anciens sportifs » a-t-il relaté.

Jean Baptise Williams, le directeur national de la culture n’a pas manqué de retracer le passé historique des artistes hors de nos frontières

« Ces gloires de la culture et du sport sont des institutions, les ensembles artistiques nationaux sont concernés, qui sont les ballets africains et autres , le Bembeya, l’Ensemble instrumental, Kèlètigui et ses Tambourounins, Balla et ses Baladins , Horoya bande, théâtre … en 1948 notre pays a commencé à reconquérir le monde grâce au ballet de Fodeba keita,  a apporté la première assistance au premier régime et grâce au ballet, nous avons eu la télévision nationale après le passage en Libye sans oublier le passage glorieux d’autres orchestres sur le continent »a-t-il rappelé.

Dans la salle, on notait la présence de Thiam Ousmane Tolo, ancien capitaine de Hafia 77, père de l’ancien footballeur du Syli National Pablo Thiam et également ancien ambassadeur de la Guinée au Japon. Il se réjouit de cette initiative.  Ibrahima Sory Keita « Petit Sory » également satisfait du geste appelle la nouvelle génération à faire preuve de patriotisme, à jouer pour la patrie et au gouvernement de reconnaître l’effort de tout un chacun comme il l’a fait avec cette initiative d’indemnités forfaitaires aux anciennes gloires.

Le ministre des sports de la Culture et du patrimoine historique Sanoussy Bantama Sow a fustigé certains observateurs. Il appelle à reconnaître les efforts du président de la République pour la reconnaissance de ces anciennes gloires.

« Le président ALPHA Condé répare ce qu’il n’a pas gâté. Les gens doivent plutôt s’en réjouir au lieu de polémiquer là-dessus. Ceux qui crient aujourd’hui, ils ont apporté quoi à la Guinée ?  » S’interroge le ministre S. Bantama Sow

Au total 80 personnes sont concernées par cette reconnaissance. 15  personnes du Hafia 77 et 65 des Ensembles artistiques nationaux

                                                                                                   Par Mamadou Alimou Diop pour couleurguinee

Facebook Comments