Depuis l’élection de Bah Mouctar Sentou à la tête de la mairie de Thianghel Bori, il est passé par plusieurs chemins pour faire comprendre aux citoyens que la taxe du cimetière est à payer. Mais, ils n’arrivent pas à convaincre. Il dit que cette commune a eu la mal chance d’être dirigée par des illettrés depuis 1959.

Le laisser aller était total, la plus grande partie de recettes tombait dans des poches trouées. On ne recouvrait presque pas 80% des taxes parce que les maires qui se sont succédé étaient des profanes. Certains citoyens avaient une ascendance sur eux semble-t-il

Le nouveau maire rappelle qu’à Conakry et ailleurs, dans les pays de la sous-région, on paye cette axe. « Pourquoi pas chez nous” lance-t-il. Il insiste en attirant l’attention des uns et des autres sur le fait que dans tous les cimetières de Conakry, on paie le prix de la tombe avant l’inhumation.

« Ces taxes seront réclamées et elles sont destinées au développement de la localité. C’est difficile mais, c’est cela la vérité » martèle-t-il.

Interrogé sur la question de ce payement de cette taxe qui est une tâche difficile pour la nouvelle équipe, un citoyen du village de Zawia qui souhaite garder anonymat a dit l’avantage que les citoyens de Thianghel Bori ont avec Mouctar Sentou Bah le nouveau Maire

«  C’est un cadre de la diaspora. Il est mûr et s’il passe par la sensibilisation dans les cérémonies, il va réussir » conseille ce citoyen.

 

De Thianghel Bori centre par Bachir Baldé

pour couleurguinee. Tel : 622278093