Fini les réquisitoires, les plaidoiries dans le procès de Foniké Menguè, le chargé de la mobilisation du front national pour la défense de la Constitution.

Dans leurs plaidoiries respectives, les avocats de la défense ont tous soutenu que le procureur n’a pas pu démontrer durant les débats que les propos de leur client sont calomnieuses. Ils ont tenu à faire comprendre au ministère public que dans cette affaire, il n’y a ni élément intentionnel, ni matériel, ni légal.

Ces avocats n’ont pas été tendres envers le Procureur Sidy Souleymane N’diaye.

« Monsieur le juge, le 3ème mandat, Monsieur Alpha Condé peut faire le forcing. Mais, il ne restera pas au pouvoir » a lâché Me Souleymane Baldé.

Des propos qui ont amené le président du tribunal à réagir et à rappeler à l’avocat sa vocation.

Ils soutiennent que sur les « GG » leur client n’a ni tenu de fausses informations, ni en divulguer. La première infraction ne peut pas à être constituée, la deuxième l’est également et conformément à l’article 544 du code de procédure pénale, ces avocats ont demandé au Juge de libérer leur client Foniké Menguè et de statuer sur le siège et la restitution des deux téléphones du prévenu.

Concernant les propos du prévenu postés sur facebook, Me Béa affirme que le président a à ses côtés un parquet qui est prêt à tout. Aller sur sa page facebook, recenser ses propos et en faire un dossier, c’est nuisible dit-il.

Des photos des victimes lors des manifestations du front, des photos d’un agent en position de tir et un haut cadre de l’armée de l’air qui coordonne les activités des forces de l’ordre ont été montrées au juge par Me Pepe Antoine Lamah pour démontrer que leur client n’a pas tenu de fausses informations sur ses propos disant que c’est les militaires qui tuent .

A la fin des plaidoiries, le juge a rappelé aux parties l’article 533 du code de procédure pénale. Le jugement est rendu lors même du jugement ou à une date ultérieure 529 du code procédure pénale

Le juge donne la parole au prévenu Foniké Menguè pour sa défense

Voici quelques mots qu’il a prononcés à la barre

Honneur au peuple, respect, dignité, gloire au peuple pour la révolution.

Je remercié les avocats qui me défendent sans rien. Mes remerciements aussi à mes camarades.

Ce peuple qui a osé dire non à Charles De Gaulle

C’est le peuple de Guinée

«  La vérité est simple, courte et facile à dire » disait Sékou Touré.

Nous avons vu hier Monsieur le Procureur qui a voulu piéger la justice.

Durant 4heures, il a voulu me charger, mais il n’a pas pu.

J’ose croire qu’après les brillantes prestations des avocats que je suis ici pas parce que je suis en conflit avec la loi ou j’ai commis une infraction. Mais Foniké Menguè est présent ici parce qu’il est opposé à un 3ème mandat pour Alpha Condé.

Monsieur le Président, ce procès est une mise en scène orchestrée par Monsieur Alpha Condé et le Procureur.

Le Procureur doit être pour le peuple. Hier, il n’était pas là et demain il ne sera pas là.

Je suis un combattant de la liberté et de la société civile. Mon combat a toujours été pour le peuple. Tout ce que j’ai eu à faire, j’assume.

Monsieur Alpha Condé doit mettre à l’évidence que le peuple de Guinée ne veut pas de 3ème mandat.

Monsieur le président, je ne me reproche rien, et quelle que soit la sentence qui en résulterait même si je serai en prison, je continuerai mon combat.

Mon combat, c’est pour le bonheur des Guinéens et non pour mon bonheur personnel.

Monsieur le président, jugez bien et le dernier jugement reviendra à Dieu.

Le président du tribunal Alphonse Charles Wright, a rejeté la demande sur siège comme sollicitée par la défense et a renvoyé le délibéré pour le jeudi 27 août.

Par Kadiatou Chérif Balde depuis le TPI de Dixinn pour couleurguinee.info