Ce jeudi 24 septembre, le commissaire divisionnaire Aboubacar Fabou Camara, le directeur central de la police judiciaire, et Mohamed Lamine Simankan, le commandant  de la Brigade de Recherche et d’Investigation (BRI) étaient attendus au Tribunal de Première Instance de Dixinn.

Ils sont accusés de violences volontaires, atteinte à la vie privée et destructions des biens par Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno tous responsables du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

Les accusés ne se sont pas présentés au Tribunal. En se basant sur les articles 752 et 754, le procureur de la République Sidy Souleymane N’diaye a demandé au juge de se déclarer incompétent dans cette affaire après avoir rappelé à la cour les statuts des prévenus.

Les  avocats de la partie civile ont répliqué à leur tour  en disant qu’au début de la procédure, le commissaire Fabou et le commandant Simankan n’avaient pas le titre d’officier de police judiciaire.

Cette habilitation a été faite, selon Me Pépé Antoine Lamah, à cause de cette procédure judiciaire

Et qu’en plus, il appartenait aux prévenus de venir présenter leurs habilitations devant le tribunal. Par conséquent, le collectif des avocats a demandé au tribunal de décerner un mandat d’arrêt contre les deux prévenus.

Après ces joutes, l’audience a été suspendue pour que le juge fasse la délibération

Charles Wright le juge a émis un mandat d’arrêt contre le commissaire Fabou Camara, de la DPJ et Commandant Mohamed Lamine Simakan pour non comparution par deux fois.

Par Kadiatou Cherif Baldé pour couleurguinee.info