Le lendemain du double scrutin, de violents affrontements ont été enregistrés dans la région forestière. Des affrontements qui se sont soldés par des pertes en vies humaines. Une situation qui suscite des réactions dans le pays

Le déroulement de ces événements dans cette partie de la Guinée génère des accusations entre responsables politiques du pays.

Pour des responsables de la mouvance présidentielle, ces événements ont été commandités par certains responsables politiques de l’opposition qui ont montré toute leur opposition au projet de la nouvelle constitution. À l’image du chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo accusent-ils

“Le parti a fait une déclaration hier. Effectivement, dans cette déclaration, nous émettons beaucoup de doutes sur l’implication de certains responsables politiques et de certains acteurs de la société civile qui ont planifié un certain nombre d’actions pour faire en sorte que le vote soit saboté à N’Zérékoré. Comme on vous l’a dit, dans le communiqué, il y a effectivement des éléments d’informations avec des preuves palpables qui sont à la disposition du parti. Le parti va écrire à tous les représentants diplomatiques, mais aussi aux institutions internationales pour attirer leur attention sur ce qui est en train d’être fait par certains acteurs politiques en Guinée”. Témoigne Souleymane Keita, conseiller à la présidence de la république et membre du conseil national des jeunes du parti RPG arc-en-ciel

Il a rappelé que l’État sera interpellé pour mettre main sur les commendataires de ces exactions dans le pays et les mettre hors d’état de nuire.

Par contre du côté de l’opposition, le président du Bloc Libéral, Dr Faya Millimono, affirme que ces exactions qui ont eu lieu à N’Zérékoré le lendemain des élections ont bien sûr été orchestrées par l’État Guinéen. Il rappelle qu’à côté des morts enregistrées, la zone est devenue hostile pour les habitants qui y vivaient. C’est ce qui est d’ailleurs selon lui en train de causer les fuites des riverains pour se réfugier dans les villages lointains.

“Ce terrorisme d’État à N’Zérékoré centre a provoqué le déplacement vers la brousse des milliers de personnes avec des enfants et des femmes. Ces gens-là ne se sont pas préoccupés de prendre ni une tige de riz ou alors une chemise de rechange. Il fallait sauver la vie. Et l’équipe de Thiegboro accompagnée des donzos vient maintenant dans les villages. C’est pour vous dire la gravité de la situation” dit-il

Il a demandé à la communauté internationale d’aller au-delà des dénonciations et des déclarations pour décréter des sanctions contre les responsables commendataires de ces crimes et qu’une enquête internationale soit ouverte pour les attraper.

                                                       Par Mamadou Sanoussy Diallo pour couleurguinee.info