Le double scrutin du 22 mars a engendré des cas de violation des droits humains orchestrés par des politiques. Plusieurs localités du pays ont enregistré des exactions mais N’Zérékoré a été la zone la plus affectée.

Selon le rapport du monitoring rendu public ce vendredi, 15 mai par des ONG de défense des droits humains à la maison de la presse, ces violences ont fait 36 morts, 129 blessés et plus de 127 arrestations dont 87 libérées dans des conditions tout au moins douteuses et des dégâts matériels importants.

Après une brève introduction faite par le président de  l’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme (OGDH), Me Koné Aimé Christophe Labilé de l’ONG avocat sans frontières a fait lecture du résultat des travaux de cette enquête.

Lire le rapport d’enquêtes ci-dessous

RAPPORT-DENQUETES-SUR-LES-VIOLENCES-DE-NZEREKORE

Par Louda Fogo Baldé, directeur de publication de couleurguinee.info