Actu

Wanindara : La maman de Idrissa Barry, inconsolable !

single-image

La famille de Idrissa Barry, le jeune tué au quartier Wanindara dans la soirée du jeudi 13 février porte le deuil. Le jeune a reçu une balle en pleine figure. Selon des témoins, ce sont des hommes en uniforme qui sont auteurs de cet assassinat.

Ce vendredi, dans la famille, nous avons eu des informations supplémentaires sur le défunt. Idrissa Barry avait 10 ans. Il était élève en 6 ème année. Ce jour, après avoir prié à 16h, il est allé au terrain. Sur le chemin du retour à 18 heures, il a reçu la balle

 » Moi, je suis resté assis derrière la cour près de 10 à 15 minutes. Puis, un ami est venu me dire de l’accompagner quelque part. Je suis rentré dans la chambre pour prendre avec moi quelques habits. Puis, j’ai entendu des cris dehors. Je suis sorti pour voir ce qu’il y a. C’est par après qu’on m’a dit que mon frère a été tué par balle » a confié Souleymane Barry, grand frère du défunt.

Ce grand frère se dit surpris de la mort subite de son frère. Il a tenté de rallier le lieu où son jeune frère serait couché, accompagné des amis de son frère. Mais, dit-il, ces enfants qui avaient des taches de sang sur eux, lui ont confié qu’ils avaient tenté de ramener le corps à la maison de ses parents, avant d’être chassés et dispersés par les forces de l’ordre.

« J’ai dit à ces enfants d’aller me montrer mon frère. Près du lieu, ils m’ont dit que le BAC 13 avaient dit que le corps ne sera pas pris. Je dis qui a tiré sur lui ? Les enfants m’ont dit que c’est des gendarmes. Je dis quelle gendarmerie ? Ils m’ont dit que c’est ceux de ECO 18. Après, ils ont exigé qu’on retourne. Je dis non, ils l’ont tué déjà. Donc, qu’ils nous laissent prendre le corps ou qu’ils nous emmènent tous ensemble.J’ai marché et les enfants étaient derrière moi. Arrivés sur le lieu, les forces de l’ordre ont commencé de foncer mais ils ont été arrêtés par leur chef. Donc, nous avons pris le corps et l’avons déposé dans une clinique en attendant l’arrivée des parents ».

Avec l’arrivée des parents, le corps a été envoyé à la morgue de l’hôpital Ignace Deen. La maman de la victime était touchée.

« Je ne sais pas comment ça s’est passé. Moi, j’habite à Sodefa et mon fils est avec son grand frère ici. Ça fait près de 5 mois depuis qu’on s’est séparé. C’est ce matin qu’ils m’ont appelé pour me dire que mon fils a été arrêté, de venir. C’est lorsque j’ai vu la mobilisation que j’ai su que mon fils est mort. Je me suis résignée pour la mort de mon fils, mais je ne pardonnerai jamais les auteurs de la mort de mon fils ». A articulé Néné Hawa Barry, la mère du défunt complètement effondrée par le deuil

Par Mamadou Sanoussy Diallo pour couleurguinee

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published.

Articles Connexes